La confiance des PME en baisse

La confiance des PME du Nouveau-Brunswick fléchit. L’indice du Baromètre des affairesMD de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a perdu deux points de septembre à octobre dans la province, pour s’établir à 59,0, ce qui place la province au 7e rang à l’échelle canadienne.

«L’indice du Nouveau-Brunswick est encore légèrement supérieur à la moyenne nationale, mais est tout de même plus bas d’environ deux points par rapport à l’indice en vigueur à la même période l’an dernier», explique le directeur des affaires provinciales de la FCEI, Denis Robichaud.

«En discutant avec des entrepreneurs, on constate assez rapidement qu’ils sont très préoccupés par les coûts élevés de l’énergie et par les coûts fiscaux et réglementaires. Il est aussi intéressant de noter que seulement 35 % des propriétaires de PME du Nouveau-Brunswick estiment que leur entreprise se porte bien, ce qui est nettement inférieur à la moyenne nationale», ajoute-t-il.

Par ailleurs, les plans d’embauche au sein des PME néo-brunswickoises font du surplace. En effet, 17 % des chefs d’entreprise prévoient recruter du personnel, alors que 14 % envisagent de réduire leurs troupes.

À l’échelle nationale, la confiance des propriétaires de PME s’est raffermie en octobre – une première depuis des mois. L’indice du Baromètre des affairesMD a effectivement progressé de près de trois points, s’établissant à 58,9. Malgré tout, les entrepreneurs sont moins optimistes que l’année dernière à la même période, ce qui porte à croire que la croissance économique est au ralenti.

On observe des progrès, bien que légers, dans pratiquement tout le pays, notamment en Nouvelle-Écosse qui occupe la première place avec un indice de 68,0. Suivent la Colombie-Britannique (65,7), Terre-Neuve-et-Labrador (65,0), l’Ontario (62,5), le Manitoba (60,6) et l’Alberta (36,1). Dans les provinces où l’indice a reculé, il s’agit de baisses mineures et les résultats se tiennent tous autour de la moyenne nationale. L’indice est de 57,1 au Québec, 58,3 en Saskatchewan et 59,4 à l’Île-du-Prince-Édouard.

L’indice étant mesuré sur une échelle de 0 à 100, un niveau supérieur à 50 signifie que les entrepreneurs qui s’attendent à de meilleurs résultats pour les 12 prochains mois sont plus nombreux que ceux qui envisagent une performance plus faible. L’indice varie normalement entre 65 et 70 lorsque l’économie réalise son plein potentiel de croissance.

Les résultats d’octobre s’appuient sur 777 réponses recueillies auprès d’un échantillon aléatoire stratifié de membres de la FCEI dans le cadre d’un sondage par internet à accès contrôlé. Les données se fondent sur les réponses reçues jusqu’au 19 octobre. Les résultats sont exacts à plus ou moins 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.