Des jeunes entrepreneurs couronnés de succès

La relève entrepreneuriale de la Péninsule acadienne est prête. Après avoir mené des projets de mini-entreprises pendant 15 semaines, les efforts des participants de Succès Jeunesse ont été reconnus lors d’un banquet de reconnaissance à Caraquet.

Le programme permet à des jeunes de la 9e à la 12e année des quatre coins de la Péninsule acadienne de suivre les nombreuses étapes qui mènent à la création et la gestion d’une entreprise. Plusieurs prix ont été remis au cours de la soirée.

Celui de l’entreprise de l’année à été remporté par l’équipe du Centre scolaire communautaire La Fontaine de Néguac. Le prix du Président de l’année a été attribué à Yzabel Fontaine, présidente du groupe de Néguac et élève de la 12e année.

Ensemble, l’équipe a organisé des rallyes d’observation dans la communauté. Ç’a tellement bien fonctionné que les jeunes ont recueilli 1000$ de profits. Ils ont cependant appris une leçon importante, soit celle de ne pas abandonner lorsque le vent ne semble pas tourner en sa faveur.

«On a commencé avec un projet de tasses qu’on a trouvé sur Pinterest. On trouvait ça intéressant, mais on s’est rendu compte que ça ne fonctionnait pas trop bien, donc on s’est dit qu’il serait probablement bien de changer de produit. On a commencé à faire des rallyes de recherche. C’est assez simple à faire. Il faut trouver des questions et avec les réponses. Ç’a vraiment décollé et fait des vagues» dit Yzabel Fontaine.

Ce type de leçon est valable à n’importe quel moment de la vie, croit Camille Thériault. Le PDG des Fédérations des caisses populaires a été invité à prendre la parole lors du banquet de reconnaissance. De son propre aveu, les derniers jours n’ont pas toujours été faciles. L’entreprise qu’il dirige a récemment adopté le nom UNI Coopération financière. Le nom ne fait pas l’unanimité auprès de la population.

Pour atteindre un objectif, l’important, dit-il, est de ne pas se laisser distraire par les pistes de lapins lorsqu’on chasse l’ours. Plusieurs des participants de Succès Jeunesse se sont reconnus dans les propos.

Jenny-Kate Chiasson, élève de la 10e année à l’école Marie-Esther de Shippagan, se souvient d’avoir été légèrement démoralisée lorsque l’idée de vendre des miroirs pouvant être décorés n’a pas fonctionné.

«On s’est reconnu toute la gang dans ses propos, parce qu’on était un peu découragé quand ça ne marchait pas. Après, on a cherché et on a réussi à trouver quelque chose», explique l’adolescente âgée de 15 ans. Le groupe a enfin misé sur la fabrication d’allume-feux.

Pour ses efforts, Jenny-Kate Chiasson a été nommée vice-présidente de l’année – Production.

Au cours des 15 semaines du programme, Roxanne Losier, directrice générale de Succès Jeunesse, a vu certains jeunes participants subir une véritable métamorphose.

«J’ai vu des jeunes qui étaient tellement gênés au début qu’ils ne pouvaient me parler devenir des gens qui partaient vendre leur produit et qui sont devenus fiers de leur entreprise. Les jeunes deviennent membres d’une équipe. C’est beau à voir.»