De jeunes fonceurs à Tracadie

Se lancer en affaires peut s’avérer un défi pour quiconque désire avoir sa propre entreprise. Le faire à l’âge de 12 et 14 ans, c’est le défi que Yanick et Myriam Richardson de Tracadie se sont donné cet été.

Ce projet va certes leur présenter beaucoup de défi et de temps, mais leur ambition est indéniable. Tout au long de la saison estivale, ils fabriqueront eux-mêmes, à partir de matériaux entièrement recyclés des allumes feux pour les campeurs.

Ces espèces de chandelles en forme de petits gâteaux sont composées de cire, de citronnelle, de cèdre et de journaux. En moyenne, ils brûlent pendant 30 minutes. Finis les temps de guerre pour allumer votre feu de camp.

L’idée vient d’un camp d’été axé sur l’entrepreneuriat auquel ils ont tous deux participé l’été passé. À ce camp, ils apprenaient des notions sur le monde des affaires tout en faisant des expériences et des créations de produits.

«Étant donné que je veux avoir ma propre entreprise plus tard, j’aimerais déjà commencer à apprendre certaines notions pratiques», dit Yanick, élève de 9e année.

«Je ne sais pas vraiment si je veux faire comme mon frère plus tard, j’aime beaucoup les sciences et ça pourrait m’être utile plus tard», ajoute sa sœur, élève de 6e année.

Leur objectif est d’en faire environ 1000, mais ils sont conscients que la demande pourrait être plus élevée. D’ailleurs, les allumes feux ont déjà été testé par des campeurs.

«La demande est là et pas juste pour les campings, explique leur mère, Chantal Richardson. Des gens demandent à en avoir pour les poêles à bois chez eux.»

Les vacances scolaires ne sont pas encore arrivées qu’ils ont déjà du travail à faire. En trois heures, ils estiment être capables d’en faire une centaine. À ce rythme, leur objectif pourrait être atteint en deux semaines, évaluent-ils.

Pour les fabriquer, ils font fondre la cire des chandelles recyclées et y incorporent les autres ingrédients dans des moules à muffins. Ensuite, ils sont placés au réfrigérateur pendant une heure. À cause de la cire réutilisée, chacun à son propre arôme. De plus, ils essaient le plus possible de les diversifier avec des emballages différents.

Comptable de formation, la mère des fondateurs de l’entreprise «Les Jeunes Fonceurs» sera un atout de taille dans le processus. Ils sont tous deux d’accord pour dire que le budget est l’élément le plus intimidant dans le processus.

«Le côté financier, surtout le budget, une chance que notre mère là. C’est facile de faire des erreurs», raconte le jeune homme de 14 ans.

Au bout du compte, ils auront dû investir environ 300$ pour lancer l’entreprise. Du haut de leur jeune âge, ils sont même allés jusqu’à écrire des lettres pour obtenir des partenaires financiers. Bien que le but n’est pas de faire un profit, mais tout simplement d’apprendre, ils prévoient donner une partie des revenus à un organisme de la Péninsule acadienne.

Outre leur jeune âge, ce qui est remarquable de leur part, c’est le désir de vouloir utiliser que des matériaux entièrement recyclés.

«C’est meilleur pour l’environnement, on veut éviter les produits chimiques. C’est aussi moins cher donc on peut en faire plus», mentionne Myriam.

Ce n’est pas tout, ils ont d’autres projets qu’ils aimeraient accomplir durant l’été. Ils voudraient concevoir d’autres produits du genre.
En ce qui a trait à une possible présentation sur l’émission Dans l’œil du dragon, ce ne sera pas cette année, mais l’intention est là.

«Je veux qu’ils attendent avant d’y aller. Là y reprennent un peu des idées qu’ils trouvent ici et là, mais leur tête est remplie de projets originaux.

Lorsqu’ils en feront un, on va regarder pour aller rejoindre les dragons», dit leur mère.

Les allumes feux sont en vente au coût de 1$ l’unité ou de 12 pour 10$. Ils sont disponibles par commande sur leur page Facebook «Les Jeunes Fonceurs», par courriel à l’adresse suivante: lesjeunesfonceurs@gmail.com.

Un horaire de livraison pour les terrains de camping de la Péninsule sera disponible sous peu. Il n’y a aucun point de vente officiel, mais il n’écarte pas l’option de louer une table dans des événements pour en faire la promotion. n