Twin Rivers investira 12 millions $ au Maine: près de 50 personnes perdront leur emploi

La papetière Twin Rivers investira 12 millions $ dans ses installations de Madawaska, au Maine. La décision entraînera par contre l’abolition de 49 emplois.

La compagnie a confirmé ces investissements sur son site web en début de semaine. Twin Rivers soutient qu’ils surviennent dans le cadre d’un repositionnement stratégique afin que l’entreprise se concentre davantage dans les segments de marché en croissance et pour maximiser sa productivité.

Selon la papetière, 12 millions $ seront investis dans la machine à papier numéro 8, la plus performante de l’usine de Madawaska, afin d’accroître ses capacités de production afin de mieux répondre aux besoins des marchés.

«Notre industrie a connu beaucoup de changements au cours de la dernière décennie. Nous devons continuer à innover et à positionner Twin Rivers pour l’avenir. Nous avons examiné nos actifs reliés à la fabrication du papier. Nous apporterons des améliorations considérables à notre plus grosse machine dans un projet qui sera complété en 2017. Du même coup, nous éliminerons la machine numéro 3 à la fin du mois de juillet», a indiqué le directeur de l’exploitation, John Reichert.

Selon lui, cette modernisation fera de la machine à papier numéro 8 de l’usine de Madawaska l’une des plus performantes en Amérique du Nord dans le domaine des papiers de spécialités à de faibles grammages.

«Cela nous permettra d’appuyer nos initiatives de croissance stratégique tout en renforçant notre gamme de papiers fins d’édition qui sont en tête de liste dans l’industrie. La machine de papiers couchés et non couchés qui sera mise hors service, qui est âgée, plus petite et lente, est l’une des plus coûteuses dans notre usine», a poursuivi M. Reichert.

Conséquences

Ce repositionnement stratégique entraînera l’abolition de 49 postes, autant dans le personnel administratif que chez les employés, à l’usine de Madawaska.

«Nous travaillerons de près avec les personnes touchées et leur syndicat pour faciliter la transition. Cependant, nous avons aussi la responsabilité de prendre des décisions stratégiques pour l’avenir de l’entreprise», a ajouté M. Reichert.

Un employé à qui l’Acadie Nouvelle a parlé mercredi affirme que la nouvelle a été un choc pour les travailleurs de l’usine de Madawaska.

«On voyait bien que la compagnie ne mettait plus d’argent dans la machine à papier numéro 3. On sentait que quelque chose s’en venait, mais nous avons tous appris cela lundi», a indiqué l’employé qui a demandé à conserver l’anonymat.

Selon lui, 16 employés étaient assignés à la machine numéro 3. «Sa fermeture a un effet domino et occasionnera des pertes d’emplois dans d’autres secteurs comme la maintenance ou la livraison», a-t-il mentionné.

Il a précisé que la convention collective prévoit les modalités pour le processus de supplantation (bumping) qui découlera de l’abolition des postes. «Mais pour l’instant, nous ne sommes pas encore rendus là avec la compagnie».

L’usine de Madawaska procure du travail à 525 personnes, soit environ 425 employés sur le plancher ainsi qu’à une centaine d’autres en administration.

Selon lui, une soixantaine de postes ont également été éliminés à l’usine en 2014. Toutefois avec les offres de retraite et les rappels, il n’y a pas eu de véritables pertes d’emplois, a-t-il expliqué.

Ce sont près de 47 millions $ qui auront été investis dans Twin Rivers Paper depuis son acquisition par le consortium Blue Wolf et Atlas Holdings en 2013. Au Nouveau-Bruswick, la compagnie possède des installations à Edmundston et à Plaster Rock.

L’investissement n’aura aucune répercussion pour les installations en sol néo-brunswickois selon un porte-parole syndical de l’usine d’Edmundston.