Une coop d’investissement emprunte pour financer un projet

Voulant jouer pleinement son rôle d’appui financier, la Coopérative d’investissement du Nord-Ouest a emprunté pour permettre le démarrage de l’usine de transformation de produits dérivés du sirop d’érable, ExlPure, à Clair dans le Haut-Madawaska.

Lors de sa récente assemblée générale annuelle, la Coopérative d’investissement du Nord-Ouest a fait savoir qu’elle a investi 240 000$ dans cette nouvelle initiative de la Coopérative forestière du Nord-Ouest. Elle a par contre fourni un montant supérieur à ce qu’elle avait dans ses coffres.

«Nous avions environ 210 000$ en caisse. Nous avons emprunté la somme manquante pour déposer la mise de fond et permettre à l’entreprise de commencer ses activités, ce qui a mené à la création de huit emplois», a dit le président de la Coopérative d’investissement du Nord-Ouest, Normand Thériault.

Installée dans les anciens locaux de Long Fertlizers à Clair, l’usine ExlPure transforme notamment le sirop d’érable en sucre granulé et en «barbe-à-papa». Un autre montant de 5000$ a été consenti pour un autre projet de la Coopérative forestière, soit l’aménagement de plantations de camerise.

«Le financement versé représente environ le tiers du projet de l’usine de transformation du sucre granulé. Actuellement, 80% de nos avoirs financiers ont été investis auprès de la Coopérative forestière», a ajouté M. Thériault.

La Coopérative financière du Nord-Ouest regroupe 150 membres qui ont globalement investi 210 000$. Son but est d’appuyer des projets créateurs d’emplois dans la région, qu’ils soient communautaires ou du secteur privé.

Une nouvelle initiative du gouvernement du Nouveau-Brunswick fera en sorte que les particuliers qui appuieront dorénavant des projets coopératifs obtiendront un crédit sur l’impôt provincial.

Le programme offrira ce crédit d’impôt personnel non remboursable de 50% aux particuliers qui investiront de 1000$ à 250 000$ dans une année à l’endroit de petites entreprises, des corporations de développement économique communautaire ou des coopératives reconnues par la province.

Cette initiative pourrait entraîner un petit changement aux statuts et règlements de la Coopérative d’investissement du Nord-Ouest.

«En fait, on pense à modifier notre année fiscale. Au lieu qu’elle soit d’avril à mars, pour tenir compte de ce programme, ça serait donc plus facile si elle était de janvier à décembre», a indiqué M. Thériault.

Pour une première fois, la Coopérative a aussi fourni un relevé de leurs investissements à chacun de ses membres.

«Dans l’immédiat, nous continuons nos démarches pour être accrédité pour le programme de crédit d’impôt et pour tenter d’identifier de nouveaux investisseurs», a souligné M. Thériault.