Un nouveau prix en mémoire du «père» de l’industrie avicole du Nord-Ouest

Les dirigeants du Gala de la PME du Nord-Ouest ajoutent un honneur individuel aux prix remis aux entreprises les plus méritantes de façon à récompenser une personnalité en affaires pour ses accomplissements de la dernière année ou l’ensemble de sa carrière.

Le prix Louis-Philippe-Nadeau sera dorénavant attribué en mémoire du regretté homme d’affaires de Saint-François que l’on considère comme le «père» de l’industrie avicole au Nord-Ouest.

«Lors de ce gala, on honorait les entreprises mais pas les personnes qui se signalaient en affaires. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’ajouter ce prix», a dit l’un des membres du comité organisateur, Jean-François Saucier.

Quelques distinctions seront aussi remises sur la scène régionale par des organismes économiques à des individus durant cette Semaine de la PME.

Les candidatures pour ce prix seront acceptées jusqu’au 15 août sur les sites web de la CBDC du Madawaska et le secteur de l’administration de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE).

«Le lauréat devra avoir eu un apport significatif dans le domaine des affaires ou pourra être à l’origine d’une initiative à caractère économique importante durant l’année. Une attention sera aussi portée à ses accomplissements personnels, professionnels et sociaux», a ajouté M. Saucier. Un comité sera en charge d’analyser les candidatures et de déterminer le récipiendaire.

Louis-Philippe Nadeau s’est lancé dans le domaine des affaires à 15 ans en amorçant l’élevage de poussins. De fil en aiguille, il a commencé à bâtir son empire avec l’ajoute de poulaillers et la collaboration de d’autres individus dans la région.

Son entreprise Nadeau Ferme Avicole a été vendue au géant canadien Maple Lodge en 1989. Avant de conclure la transaction, il s’est assuré que la firme allait maintenir la production à Saint-François. Il est décédé en 2015 à l’âge de 88 ans.

C’est avec fierté que la famille a accepté qu’un prix régional soit attribué en son honneur. Trois de ses sept enfants sont d’ailleurs en affaires.

«Pour nous, c’est une fierté. Je dirais que mon père était un homme déterminé et persévérant pour qui il n’y avait pas de problème mais uniquement des solutions. Et à travers tout son temps consacré à son entreprise, il en avait aussi pour sa famille», a dit son fils, Luc Nadeau, copropriétaire d’Edmundston Toyota.