BMM Testlabs poursuit sa quête des 1000 emplois dans le Grand Moncton

BMM Testlabs dresse un bilan positif de sa première année d’expansion dans le Grand Moncton, malgré une croissance plus lente que prévu. L’entreprise maintient son objectif de créer 1000 emplois d’ici septembre 2020.

Une pleine année s’est écoulée depuis l’annonce de la création de 200 emplois par année pendant 5 ans de BMM Testlabs.

L’entreprise de vérification des systèmes de jeu de hasard a publié une mise à jour de ses progrès, jeudi. Sans donner un chiffre exact, elle a dévoilé que ses effectifs dans la métropole du Sud-Est ont doublé depuis septembre 2015.

Rappelons qu’il y a un an, BMM Testlabs comptait 50 employés à ses bureaux de Dieppe.

«On n’est pas rendu où on voulait être rendu. Mais depuis l’an dernier, on a doublé, et on va toujours de l’avant. On est toujours engagés à la création d’emploi annoncée l’an dernier», explique Jean Corriveau, directeur des opérations.

«L’avenir est prometteur pour BMM à Moncton», affirme pour sa part le PDG Martin Storm.

Selon M. Corriveau, une partie du retard est dû à des facteurs hors du contrôle de BMM Testlabs. Des développements dans l’industrie des jeux de hasard à l’international ont ralenti la croissance dans le secteur.

«Il y a des acquisitions dans le monde du gaming qui ont causé des délais. Quand des compagnies en achètent d’autres, bien souvent il y a des périodes d’analyses où ils ne prennent pas de décision, ou que certains projets ne vont pas de l’avant.»

Les administrateurs de BMM Testlabs ont l’intention d’embaucher 60 ingénieurs additionnels dans le premier trimestre de 2017. De plus, ils travaillent de près avec le CCNB et le NBCC afin de former des spécialistes du domaine.

Cet été, ils ont embauché 6 des 11 diplômés de la classe-pilote du programme de vérification des logiciels.

«J’ai eu des commentaires d’étudiants en stage à BMM Testlabs et des diplômés qui travaillent là disant que l’environnement de travail est génial», affirme René Goguen, enseignant du programme de Vérification de logiciels au CCNB – Campus de Dieppe.

«Le curriculum fonctionne. La qualité des ressources qu’on a reçues provenant de ce cours-là nous a facilité la tâche au niveau de notre enseignement à l’interne. Les concepts de base et les notions de testing ont vraiment bien été délivrés», ajoute M. Corriveau.

Selon M. Goguen, il y a encore du travail à faire afin de faire mieux connaître le programme auprès des étudiants potentiels du collège.

«Quand les gens arrivent à connaître le programme, l’intérêt et l’enthousiasme sont forts. Mais ça va prendre encore un peu de temps à le faire connaître.»

BMM Testlabs a entrepris des négociations afin de doubler son espace de bureau à Dieppe. Sa surface pourrait passer de 8000 à plus de 16 000 pieds carrés.

«BMM aime faire une expansion organique. On n’ira pas investir des millions de dollars dans un établissement qu’on n’est pas prêts à remplir», a fait savoir M. Corriveau.

À l’heure actuelle, BMM Testlabs emploie environ 300 personnes réparties dans 13 bureaux à travers le monde et dessert plus de 420 juridictions. Le siège social de l’entreprise est à Las Vegas, et elle a des bureaux au Mexique, au Peru, en Australie, en Chine, en Argentine, en Espagne, en Autriche, en Italie et en Afrique du Sud.