Succès Jeunesse: 10 ans à transmettre l’esprit entrepreneurial

Le programme Succès Jeunesse qui vise à développer l’esprit entrepreneurial des élèves de la 9e à la 12e année est relancé cette semaine, dans la Péninsule acadienne. Il est proposé pour la 10e fois consécutive.

Roxanne Losier, la directrice générale, a commencé lundi sa tournée des écoles du Nord-Est pour promouvoir l’opération et inciter les jeunes à s’inscrire.

«En moyenne, on attire, chaque année, une centaine de participants. Là, on aimerait en avoir 150 environ.»

En groupe, les personnes impliquées développent un projet et le concrétisent en vue d’amasser des profits. Cela peut être la vente de produits que les inscrits conçoivent et dont ils s’occupent de la production ou la mise en place de services.

«C’est une expérience en affaires inoubliable grâce à laquelle les jeunes acquièrent des connaissances et des habilités qui les rendront, on l’espère, plus entreprenants dans leur carrière et dans leur vie en général», expose Diane Carey.

La présidente sait tous les bienfaits de ce programme. Il y a 20 ans, alors qu’elle était à la polyvalente, elle l’a suivi. À l’époque, il ne s’appelait pas encore Succès Jeunesse.

«On a créé des présentoirs à vin et des mitaines dans lesquelles on pouvait insérer du savon pour se laver sous la douche. On en a vendu des centaines en faisant du porte-à-porte et en démarchant les commerces», se souvient-elle.

Une expérience qui lui a beaucoup apporté.

«Ça m’a fait réaliser qu’en tant que jeune, je pouvais faire une différence. J’ai rencontré des maires et des chefs d’entreprise. Je me suis sentie écoutée. Ça m’a donné confiance.»

Diane Carey établit aujourd’hui des plans d’affaires. Elle s’occupe de gestion de projets à travers toute la province. Elle dirige Carey Consultants, depuis ses bureaux à Tracadie. Selon la responsable, Succès Jeunesse a un impact.

«Frédérick McGraw, le directeur général de la CBDC de la Péninsule acadienne, et Sébastien Roy, de la Distillerie Fils du Roy à Petit-Paquetville, ont tous les deux participé à ce programme. Ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres», souligne-t-elle.

Encore aujourd’hui, cette initiative séduit celles et ceux qui incarnent la relève de demain. Sophie Allain et Scott MacKnight sont élèves en 11e et en 10e année à la polyvalente de Néguac, le Centre scolaire communautaire La Fontaine. Ils se sont lancés dans l’aventure la rentrée dernière.

Élèves à Néguac, Scott MacKnight et Sophie Allain sont motivés pour participer au programme Succès Jeunesse comme ils l’ont fait l’an dernier. – Acadie Nouvelle: Vincent Pichard
Élèves à Néguac, Scott MacKnight et Sophie Allain sont motivés pour participer au programme Succès Jeunesse comme ils l’ont fait l’an dernier. – Acadie Nouvelle: Vincent Pichard

«On a tenté de commercialiser des tasses personnalisées. Ça n’a pas marché. On a vendu des rallyes de recherche à la place. Ça nous a rapporté 1000$», annonce-t-il fièrement.

Quand son père a monté sa compagnie, cet été, il l’a aidé.

«Je savais quoi faire, qu’est-ce qui était important.»

Elle se prédestine à des études en médecine. Cet apprentissage a fait éclore sa fibre entrepreneuriale.

«Je me verrais bien, à côté de mon métier, avoir ma business, plus tard. Ce qui pourrait devenir mon activité principale, on ne sait jamais ce qui nous attend. Je me sens plus armée pour l’avenir», témoigne-t-elle.

Les deux adolescents ont l’intention de réitérer l’expérience.

Des dragons acadiens?

Au bout de 10 ans, les responsables de Succès Jeunesse ont eu envie de se renouveler. Dans l’œil de l’entrepreneur est l’une des nouveautés de cette année.

Ce rendez-vous aura lieu en octobre. Il s’inspire de l’émission de télé Dans l’œil du dragon (Dragon’s Den, en version anglaise), diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

Une fois leur idée arrêtée, les adolescents participant au programme la soumettront à des entrepreneurs locaux. À eux de décider si oui ou non ils les soutiennent financièrement.

«On espère ainsi accroître les liens entre la communauté d’affaires et les jeunes», renseigne Roxanne Losier, la directrice générale de Succès Jeunesse.