La sénatrice Ringuette propose la création d’un Centre de commercialisation et d’exportation de l’Atlantique

La sénatrice néo-brunswickoise Pierrette Ringuette propose la création d’un Centre de commercialisation et d’exportation de l’Atlantique pour aider les PME de l’Est du Canada à percer davantage les marchés mondiaux.

L’initiative a été présentée lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) en fin de semaine dernière à Edmundston.

Selon la sénatrice Ringuette, en développant cette expertise, ce centre deviendrait un chef de file, avec des outils physiques et virtuels, pour aider les entreprises de l’Atlantique à accroître leur présence sur les marchés mondiaux.

«Il deviendrait un centre de référence national afin de répondre à deux besoins manquants pour nos PME afin d’accéder aux marchés mondiaux, la connectivité et la compétitivité», a-t-elle dit.

En plus de son personnel, le centre proposerait une exposition permanente des produits-vedettes de l’Atlantique. Des foires saisonnières seraient organisées pour attirer les investisseurs de partout dans le monde.

Selon le modèle proposé, l’initiative serait financée par Ottawa et les quatre gouvernements de l’Atlantique.

La sénatrice Ringuette travaille sur ce projet depuis trois ans. Selon elle, des initiatives du genre existent dans d’autres pays, dont à Taïwan.

Elle a fait remarquer que des provinces canadiennes comme le Québec, l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont près de 150 bureaux dans le monde d’où elles tentent de développer de nouveaux marchés pour leurs PME.

Le gouvernement fédéral a aussi plus de 1000 délégués dans 150 pays, mais les retombées sont minimes pour le Canada atlantique, a-t-elle laissé entendre.

«Quand on leur demande quel est le produit vedette de l’Atlantique dont ils font la promotion, la plupart du temps ils répondent le homard. Nous avons beaucoup plus à offrir en Atlantique», a-t-elle expliqué.

Selon la sénatrice Ringuette, les exportations des entreprises canadiennes se sont chiffrées à 192 milliards $ à 2014, dont 13,5 milliards $ pour les PME de l’Atlantique. Elle soutient que dans 95% des cas, elles se font uniquement aux États-Unis.

FINANCÉ PAR LES GOUVERNEMENTS

La sénatrice Pierrette Ringuette propose que ce centre voit le jour dans le Nord-Ouest. Elle estime qu’il permettrait de créer une trentaine d’emplois spécialisés. «Il serait sous forme de guichet unique, un genre de centre d’achats pour les gens d’affaires et investisseurs», a-t-elle imagé.

Selon elle, les coûts d’aménagement d’un tel centre sont estimés à 3,2 millions $. Les frais de fonctionnement annuels sont aussi évalués à 3,8 millions $. Dans les deux cas, les gouvernements fédéral et provinciaux de l’Atlantique seront invités à être entièrement responsables du financement. Des demandes ont été acheminées et des réponses sont attendues durant la prochaine année, a-t-elle fait savoir.

La sénatrice Ringuette est d’avis que la présence d’un telle infrastructure engendrerait la naissance de nouvelles entreprises et que d’autres envisageront de venir s’établir en Atlantique. Tout cela en bout ligne correspondrait à de la création d’emplois, a-t-elle souhaité.