IPL se dote de sa propre imprimante d’étiquettes (Vidéo)

La compagnie IPL Plastics se dote d’une imprimante d’étiquettes par injection HP qui devrait lui permettre de devenir encore plus concurrentielle sur le marché des contenants de plastique.

Les dirigeants de l’entreprise ont confirmé un investissement de 4,3 millions $ à l’usine d’Edmundston, jeudi matin.

Selon le directeur Pierre Hébert, la nouvelle imprimante, fabriquée en Israël, permettra à la compagnie de créer ses propres étiquettes au lieu d’en faire l’achat auprès de fournisseurs, une dépense évaluée à 4,5 millions $ annuellement . Dix nouveaux emplois seront créés.

«On envisage ce projet depuis 10 ans. Durant la confection des produits, on appose l’étiquette qui est moulée à même le contenant de plastique. Nos contraintes sont au niveau de l’approvisionnement. Notre fournisseur principal est en Belgique. Alors pour une commande, il faut prévoir un délai d’environ quatre semaines pour la livraison. C’est parfois trop long pour ce que nos clients peuvent se permettre. Pouvoir faire cette étape ici va nous donner un avantage par rapport à nos concurrents», a indiqué M. Hébert.

Selon lui, cet ajout permettra à la compagnie d’augmenter ses ventes. Selon les estimations, elles pourraient être en hausse de 6 millions $ par année.

«Sur le marché, tout se sait. Alors certains clients vont entendre dire que les étiquettes sont imprimées à même l’usine, il va y avoir un attrait. Nous aurons un meilleur produit à offrir à nos clients actuels ou potentiels ainsi qu’un service plus rapide et flexible. Nos étiquettes seront aussi envoyées à d’autres usines de production», a dit M. Hébert.

Près de 60% de la production de l’usine d’Edmundston est destinée aux marchés américains. Les barrières au commerce proposées par le nouveau président américain, Donald Trump, sont inquiétantes pour les entreprises canadiennes, dont le manufacturier d’Edmundston.

«Pour continuer à se démarquer aux États-Unis, il faut offrir un produit d’une qualité supérieure. Et c’est en fabriquant nos propres étiquettes que nous y arriverons», a signalé M. Hébert.

Le premier ministre Brian Gallant a confirmé l’investissement de 860 000$ de son gouvernement, dont 50% proviennent d’Opportunités NB et l’autre moitié de la Société de développement régional.

L’usine d’Edmundston compte 160 employés. IPL regroupe 1170 travailleurs dans son réseau qui comprend des installations à Québec, au Missouri, en Ohio, en Géorgie et au Minnesota.

«Nous sommes une usine très rentable pour le réseau IPL même si nous sommes situés loin de nos marchés et de notre approvisionnement. On part perdant, mais nous on compense par notre efficacité, notre audace dans les décisions et la qualité de nos produits. Je suis sûr que cette usine va continuer à prospérer dans l’avenir», a souligné le directeur Hébert.

Expansion et recrutement d’employés

IPL Plastics a des projets d’expansion pour son usine d’Edmundston. Pour continuer sa croissance, des changements seront nécessaires à l’usine d’Edmundston, selon son directeur Pierre Hébert.

«On commence à être à l’étroit. On se débrouille du mieux qu’on peut sans agrandir l’usine. Mais éventuellement, il faudra le faire. C’est dans l’air. On analyse les coûts et ce qu’on peut faire. Et ça viendra au moment opportun», a-t-il laissé planer.

Comme d’autres entreprises au Nord-Ouest, IPL Plastics fait face au défi du recrutement d’employés.

«Nous avons des postes à pourvoir actuellement et nous avons des difficultés de recrutement. Lorsque l’expansion va être terminée, entre 40 et 50 postes seront créés. Si on ne peut pas trouver la main-d’oeuvre ici, il va falloir aller à l’extérieur. Notre pourcentage de rétention est très bon à notre usine», a commenté M. Hébert.