La CBDC récompense le travail d’une jeune nutritionniste et d’une avocate d’expérience

Une jeune nutritionniste de Saint-Isidore et une avocate d’expérience de Drummond sont les lauréates du 9e Gala entrepreneurial provincial de la CBDC du Nouveau-Brunswick.

La branche néo-brunswickoise de la Corporation au bénéfice du développement communautaire – mieux connu sous son acronyme CBDC – a tenu jeudi à Campbellton son gala annuel visant à reconnaître le travail et l’excellence d’entrepreneurs de la province.

Le prix Jeune entrepreneur de l’année a ainsi été remis à Madelaine Caissie, propriétaire de Sparkle LifeStyle & MediSpa situé à Moncton.

Âgée de 32 ans, la jeune femme originaire de Saint-Isidore, dans la Péninsule acadienne, a fondé son commerce en 2012. L’entreprise offre des services tels que le contour du corps, le resserrement de la peau, la nutrition et l’entraînement, le rajeunissement vaginal et l’éradication de tatouages.

Et au cours de ces cinq années, la croissance a été bien au-delà des espérances de sa fondatrice.

«L’entreprise a grandi très rapidement, plus rapidement que je le pensais. On a pratiquement doublé au cours de la dernière année», raconte Mme Caissie pour qui cette reconnaissance de la CBDC-NB est plus qu’appréciée.

«On se sent souvent seule par moment lorsqu’on se lance en affaires. Mais recevoir un tel prix, être reconnu par ses pairs pour le mérite de notre travail, je trouve que c’est quelque chose de très motivant. Ça nous indique qu’on est sur la bonne voie», exprime la lauréate.

Celle-ci n’avait toutefois pas vraiment besoin qu’on lui rappelle qu’elle faisait bien les choses. Avec une vingtaine d’employés et de partenaires qui gravitent au sein de l’entreprise et plus de 350 clients qui la fréquentent chaque mois, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Selon Mme Caissie, le point fort de son centre réside dans l’innovation. Elle s’est notamment dotée de quatre technologies uniques au Nouveau-Brunswick et même dans les Maritimes. C’est notamment le cas du laser pour l’enlèvement de tatouages.

«Jusqu’à maintenant, pour se faire enlever un tatou, on parlait de beaucoup de sessions très douloureuses et qui n’enlevaient pas tout complètement, tout au plus ça masquait. Mais dorénavant, grâce aux avancées technologiques, on peut faire des miracles en seulement trois ou cinq sessions», note-t-elle.

Ailleurs dans la salle, une autre femme d’affaires célébrerait. Propriétaire du Cabinet Juridique Lagacé-Rivard de Drummond, Tina Lagacé-Rivard s’est vu remettre le prix de Femme entrepreneure de l’année.

Le cabinet se spécialise dans plusieurs branches du droit, tel l’immobilier, famille, les poursuites civiles, les déclarations de sinistre, les testaments et les successions, ainsi que le droit commercial et le droit des sociétés.

«En tant qu’entrepreneure, ce que je fais c’est par passion, parce que j’aime ça. Recevoir un prix de la sorte c’est agréable, touchant de voir qu’on remarque nos accomplissements», confie Mme Caissie.

Si elle est reconnue aujourd’hui comme femme entrepreneure, la récipiendaire ne fait toutefois pas de cas du sexe apposé à l’honneur. «Femme ou homme, ça importe peu. Ce qui compte, c’est faire ce que l’on aime, les objectifs que l’on vise et le travail que l’on met de l’avant pour les atteindre», dit-elle, notant d’ailleurs que le portrait de son domaine a beaucoup changé au fil des ans.

«Lorsque j’ai obtenu mon diplôme, les choses ont commencé à changer. Nous étions 75% de femmes à étudier en droit. Et aujourd’hui, avec les nouvelles nominations de juges dans le système provincial, on est en train d’atteindre un bel équilibre homme et femme», évoque-t-elle.

Qu’à cela ne tienne, cette dernière ne peut nier que le fait d’être une femme a eu un impact certain sur sa carrière…et notamment sur le déroulement de ses études.

Mère de trois filles, elle a en effet dû composer avec une grossesse et deux jeunes enfants aux couches durant sa période universitaire.

«En un sens, c’était une bénédiction puisque cela m’a permis de garder les pieds sur terre. Ça m’a permis de conserver le focus, foncer et réaliser ma passion», dit-elle.