Coopérative de Tracadie: «Notre situation s’améliore»

Les premières étapes du renouvellement de la Coopérative régionale de la Baie, à Tracadie, ont été réalisées, mais l’agrandissement prévu du magasin d’alimentation n’aura pas lieu avant au moins 2018.

L’an dernier, les 211 membres de la coopérative présents à l’assemblée générale annuelle ont appuyé une motion donnant l’autorisation au conseil d’administration de poursuivre les démarches nécessaires pour réaliser un projet de 11 millions $, qui comprend l’agrandissement et la modernisation du magasin d’alimentation ainsi que le déménagement de la station-service.

La Coopérative assumera 55% de la facture, alors que Sobeys Québec et la société SDLB, une filiale de Sobeys, devront payer la différence.

La plus récente AGA de la Coopérative a eu lieu il y a quelques jours. L’Acadie Nouvelle en a profité pour discuter avec Paul Lanteigne, directeur général de l’entreprise, pour une mise à jour.

Avant de procéder avec les travaux, il fallait cependant régler quelques étapes importantes, dont le déménagement de la station-service Coop Express, la vente de l’ancienne coopérative de Tabusintac et la signature d’une nouvelle convention collective, fait savoir Paul Lanteigne, directeur général de l’entreprise.

«On peut commencer à travailler sur le financement du projet d’agrandissement, parce qu’on avait arrêté temporairement. Il fallait absolument régler ces choses avant de continuer. C’est peu probable qu’on soit prêt à lancer les travaux cet automne, c’est plus probable qu’ils commencent au printemps 2018.»

Au cours des derniers mois, la négociation d’une nouvelle convention collective et le déplacement du commerce Coop Express ont été réalisés avec succès, dit M.Lanteigne.

Depuis mai, la Coop express est installée à l’intérieur de l’ancien dépanneur Needs, situé en face de la coopérative. L’ancien poste d’essence a été démoli.

L’ancienne coopérative de Tabusintac, fermé durant l’été 2016, a aussi été vendue à la fin juin à un entrepreneur local. La transaction permettra à la coopérative d’épargner plusieurs milliers de dollars par mois.

«On est content. Ça nous enlève un fardeau. Il fallait payer les assurances, les taxes, le système téléphonique pour les caméras de surveillance, l’électricité, le déblayage en hiver. Ça nous coûtait cher, soit entre 5000$ et 6000$ par mois et ça ne comprenait même pas le coût de l’hypothèque.»

Signes d’amélioration

Les années 2015 et 2016 ont été marquées par une série d’événements difficiles. En plus de la fermeture du point de service à Tabusintac, la faillite de Coop Atlantique en 2015 a obligé à la direction à gérer une transition avec son nouveau distributeur, IGA Sobeys Québec.

En date du 31 mars 2016, l’entreprise a affiché un déficit opérationnel de 353 418$. Lors de l’AGA de la Coopérative régionale de la Baie, organisée récemment, il a été annoncé que le déficit était de 84 600$.

«Le retour vers la stabilité, ça s’en vient. Notre situation s’améliore. Une entreprise qui pogne des gros coups ne peut pas virer de bord sur un 10 cents. Ça prend du temps.»