Metro veut acquérir Le Groupe Jean Coutu

Metro s’est potentiellement trouvé un ami chez Groupe Jean Coutu, l’épicier ayant confirmé mercredi des discussions visant à avaler la chaîne de pharmacies.

En début de journée, la suspension des négociations sur le titre des deux entreprises avait alimenté les rumeurs à l’égard de ces deux fleurons du Québec inc.

« Rien ne garantit que quelque transaction visant à mettre en oeuvre le regroupement sera conclue et que les conditions éventuelles à laquelle elle serait sujette seront remplies », préviennent les deux entreprises, dans un bref communiqué.

Les enseignes de Metro

La contrepartie proposée par Metro serait composée à 75 pour cent d’espèces et à 25 pour cent d’actions de l’épicier. La portion en espèces représentait 24,50 $ par titre de Jean Coutu. La famille Coutu a indiqué son intention de soutenir la transaction proposée.

Déjà propriétaire de plus de 250 pharmacies Brunet, Metro posséderait le plus grand réseau de pharmacies de la province si la société parvient à acheter Jean Coutu.

Ces discussions surviennent dans la foulée d’un mouvement de consolidation dans le secteur canadien de la pharmacie.

En 2013, les Compagnies Loblaw  avaient mis la main sur la chaîne Shoppers Drug Mart, qui porte le nom de Pharmaprix au Québec. Puis, en avril, c’était au tour de McKesson Canada – filiale du géant californien du même nom – d’avaler le Groupe Uniprix et ses 330 pharmacies.

Performance de Metro et Jean Coutu

Les détaillants canadiens font face à une concurrence croissante des grandes chaînes américaines comme Walmart et Costco – qui abritent des pharmacies dans leurs magasins – ainsi que par le géant Amazon, désormais présent dans le secteur de l’alimentation avec l’achat de Whole Foods.

Dans ce contexte, des analystes et d’autres observateurs du secteur du commerce de détail avaient évoqué la possibilité que ces deux fleurons québécois unissent leurs forces afin de pouvoir continuer à rivaliser.

Après la reprise des transactions à la Bourse de Toronto, le titre de Metro prenait 1,80 $, ou 4,5 pour cent, pour se négocier à 41,89 $. Celui de Jean Coutu cotait à 24,41 $, en hausse de 5,72 pour cent, ou 1,32 $.