Vent de renouveau à la Chambre de commerce de Campbellton

La Chambre de commerce régionale de Campbellton connaît un véritable regain de vie ces temps-ci.

C’est du moins le sentiment partagé par Lisette Doucette, vice-présidente de l’organisme, lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation.

«On est redevenu ce que nous étions auparavant, la porte d’entrée des entrepreneurs qui veulent s’implanter ici et la voix de ceux qui le sont déjà», explique-t-elle

Au cours de la dernière année, l’organisation a vu son effectif croître d’un peu plus de 25 membres pour désormais frôler les 200. Il a notamment renoué avec une ancienne tradition, soit la tenue d’un banquet hommage à l’entrepreneuriat. On a également mis sur pied une activité pour faciliter le recrutement d’employés dans le secteur de la vente et des services. Pour ce qui est de la foire commerciale Promotion plus Baie des Chaleurs – principale collecte de fonds de la Chambre de commerce –, elle a permis de récolter un montant record alors que les kiosques ont affiché complet plusieurs semaines avant l’événement.

L’un des plus grands changements survenus demeure néanmoins l’embauche d’employés permanents, un défi pour une organisation disposant de peu de moyens. Mais le pari s’est avéré payant.

«En ayant des employés clés en place, cela permet de mieux coordonner les activités, les événements et les services aux membres. C’est cette stabilité qui manquait depuis un moment à la Chambre de commerce», estime-t-elle.

L’ajout de ce personnel a eu de conséquences sur les finances de l’organisme qui a vu ses dépenses grimper en flèche (40 000$). Toutefois, les revenus engendrés par leur travail auront amplement compensé cette hausse, comme le démonte surplus de 4000$ engendré.

Pour 2018, Mme Doucet anticipe encore beaucoup d’action.

«On sent un bel optimisme au niveau de l’économie régionale, notamment avec les récentes annonces concernant l’entreprise Zenabis. Une bonne nouvelle comme celle-là, c’est contagieux dans le milieu des affaires. Nous devrons par contre demeurer aux aguets puisqu’on vit toujours une problématique au niveau de la pénurie de main-d’œuvre. On a aidé cette année dans un secteur avec un mini-salon de l’emploi, mais on croit qu’il faudra peut-être répéter cet exercice dans d’autres secteurs également», dit-elle.