Après Eaton, Zellers et plusieurs autres, c’est la fin pour Sears Canada

C’est la fin d’une époque en ce dimanche alors que les derniers magasins Sears du Canada ferment leurs portes.

Le grand détaillant a dû déclarer faillite l’an dernier, et annoncer à l’automne qu’il liquiderait ses 130 magasins restants, laissant ses 12 000 employés sans travail.

La fermeture de la chaîne a provoqué son lot de controverses. D’abord, Sears Canada avait choisi de distribuer des primes de rétention à ses cadres alors que l’entreprise était aux prises avec un déficit de plus de 260 millions de dollars dans son régime de pension. Plus tard, le Bureau de la concurrence avait ouvert une enquête sur des allégations selon lesquelles Sears Canada aurait gonflé ses prix avant le début de sa vente de liquidation.

A l’image de son concurrent de l’époque Eaton, Sears était plus qu’un magasin pour les canadiens, c’était une institution, selon plusieurs observateurs. Les fameux cataloques des deux détaillants étaient toujours très attendus par les consommateurs.

La percée du commerce en ligne fait partie des nombreux facteurs qui ont contribué aux difficultés de Sears Canada. De plus, les détaillants à rabais, dont Walmart, se sont multipliés et ont forcé les entreprises comme Sears à réduire leurs prix.

Le sort de Sears Canada fait suite à plusieurs autres fermetures dans les dernières années, dont celles plus récentes de Target et Zellers.