25 ans plus tard, Dovico Software embauche encore à Moncton

Les gouvernements fédéral et provincial investissement un peu plus de 463 000$ dans une entreprise de Moncton. Dovico Software créera ainsi jusqu’à 13 nouveaux emplois en plus d’améliorer son offre de service.

L’entreprise a été fondée il y a 25 ans par deux Acadiens, Yves et Diane Doucet. Frère et soeur, ils ont travaillé ensemble pour créer une feuille de temps électronique. Aujourd’hui, Dovico joue sur la scène internationale et compte de grandes multinationales, comme Xerox, parmi ses clients.

La compétition peut cependant être féroce.

«Quand il y a de la compétition, c’est toujours difficile, mais Internet nous permet d’être compétitifs sur le plan international. C’est en 1997 que nous avons commencé à faire la promotion de nos produits sur Internet et ça nous a toujours bien servi», avance Diane Doucet.

L’entreprise poursuit toutefois sa croissance et aujourd’hui elle cherche à embaucher pour créer de nouveaux produits et améliorer ceux qui sont déjà offerts. Les fonds des gouvernements fédéral et provincial aideront Dovico à atteindre ces objectifs.

Les 332 250$ obtenus de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique (APECA) sont remboursables. Du côté provincial, Opportunités NB investit jusqu’à 110 069$ pour appuyer ces nouveaux postes et financer des activités de développement de marché. Le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail investit 20 800$ supplémentaires grâce au programme Promesse d’emploi.

Déjà trois personnes ont été embauchées grâce à l’aide gouvernementale. Dix autres le seront au cours des deux prochaines années. Il ne s’agit pas d’emplois au salaire minimum. Dovico cherche des designers web entre autres.

«On aura probablement besoin d’autres designers pour le web parce que je trouve que de plus en plus les applications doivent avoir un beau look. Il y a longtemps ça ne dérangeait pas vraiment. C’était une boîte grise et c’était vraiment simple. Aujourd’hui les gens veulent quelque chose de plus beau», explique Mme Doucet.

Les dirigeants de l’entreprise de Moncton sont aussi à la recherche d’un peu plus que de simples employés. Ils veulent des gens prêts à faire une différence.

«Nous n’avons pas d’emploi de disponible ici. Aucun! Ce que nous offrons ici, c’est une vie. Si vous voulez venir ici pour vous retrouver en tant que personne, pour aligner votre cœur à votre cerveau et pour laisser votre ego à la porte, nous avons une place pour vous», a lancé Yves Doucet en conférence de presse.

La culture d’entreprise chez Dovico est un peu différente. Elle mise sur le bien-être. Une discussion dans une salle de réunion peut se transformer en séance de yoga ou en une marche dans le centre-ville de Moncton. Les employés y restent pour cette raison, selon lui.

«Il y a tellement de gens qui nous demandent comment on fait parce que les employés ici, ils restent. Ils ne veulent pas s’en aller. Il y a en beaucoup qui sont ici depuis 20 ans. Je pense vraiment que c’est en raison de notre culture et du sentiment d’appartenance. On essaie aussi de pousser les gens à faire mieux et à rester motivés», a confié Mme Doucet.

Cette culture d’entreprise est aussi un des secrets de la longévité de Dovico. Vingt-cinq ans dans le domaine des nouvelles technologies, c’est très long.

«De ce que je sais, nous sommes la seule entreprise en informatique qui a duré aussi longtemps dans notre région. Dans le domaine de la technologie de développement de logiciel, nous sommes l’une des plus anciennes», a souligné Diane Doucet.

Dovico lancera d’ailleurs prochainement une nouvelle application, Tuba.co, dont le concept est basé sur leur culture d’entreprise.