Emploi: les compagnies de construction font le plein de candidats

Le mini-salon de l’emploi initié par la Chambre de commerce régionale de Campbellton afin de donner un coup de main au secteur de la construction à l’aube de la haute saison semble avoir livré la marchandise.

Une bonne cinquantaine de postes sont à pourvoir dans ce secteur d’activité.
À l’ouverture du salon jeudi matin, on faisait la file devant la porte pour rencontrer les employeurs. En l’espace d’une demi-heure, 65 personnes avaient déposé leurs curriculum vitae aux huit compagnies présentes. Et ce nombre a grimpé à près d’une centaine au long de la matinée.

«On est très satisfait, car le but était d’aider nos entrepreneurs», souligne Johanne Martin, directrice générale de la chambre de commerce.

Qui s’est déplacé à cette foire de l’emploi? À première vue selon Mme Martin, il s’agit principalement de chercheurs d’emploi du Restigouche. Difficile aussi de dire si des matchs parfaits ont été réalisés.

«Les chercheurs d’emplois viennent ici et rencontrent les responsables d’entreprise pendant quelques minutes à peine. Généralement, on n’embauche pas aussi rapidement, après une rencontre aussi brève. Le but de l’événement était surtout de faire en sorte que les compagnies puissent faire la collecte d’informations et que chercheurs d’emplois soient pleinement conscientisés des besoins. Cela dit, je suis persuadée que l’activité va mener à des embauches», ajoute-t-elle.

Il s’agit de la seconde activité du genre organisé en l’espace de quelques mois, l’autre salon ayant touché le secteur des services et de la vente. Selon Mme Martin, le nombre élevé d’emplois disponibles dans ces secteurs – et bien d’autres – démontrent bien le sentiment d’urgence ressenti par plusieurs employeurs.

«On s’est fait approcher par d’autres secteurs d’activités qui se retrouvent dans la même situation. Il y a donc de l’emploi au Restigouche pour qui veut travailler», confirme-t-elle.

Employeurs satisfaits

Parmi les employeurs participants, on retrouvait notamment la compagnie Fenêtre SuperSeal d’Eel River Dundee qui se spécialise dans la fabrication et l’installation de fenêtres.

Tranquille durant la saison hivernale, la compagnie n’emploie qu’environ quatre personnes. Toutefois, ce chiffre grimpe à plus d’une vingtaine durant la période d’avril à novembre.

«À moins de faire de la rénovation intérieure, la construction est un secteur passablement saisonnier. C’est donc difficile de trouver des employés qui veulent seulement travailler quelques mois. Il y a ainsi beaucoup de roulement de personnel et comme plusieurs, on vit cette situation chez nous», confie Sylvie Girard, responsable des ressources humaines de l’entreprise.

À l’issue de la foire, celle-ci a récolté une quinzaine de curriculum vitae. Elle estime d’ailleurs excellentes les chances de combler les deux postes actuellement vacants et plus de mettre la main sur des candidats possibles pour l’avenir.

Se tourner vers l’immigration

La pénurie d’employés, on connaît bien au Groupe Savoie de Saint-Quentin.

Depuis quelques années maintenant, l’industriel du Restigouche-Ouest peine en effet à attirer des travailleurs dans ses usines.

Aujourd’hui, le recrutement se fait sur son propre territoire, au Restigouche. Il y a quelques jours, c’était à Edmundston et à Bathurst.

L’entreprise s’était présentée au salon de l’emploi dans le but de remplir, principalement, des postes de journaliers en usine. L’objectif, pourvoir entre 10 et 20 postes.

Toutefois, l’expérience a démontré au Groupe Savoie que le «local» n’est souvent pas suffisant. En fait, l’entreprise s’est déjà tournée vers l’international pour combler ses lacunes en mains-d’œuvre. Déjà, une demi-douzaine de Philippins sont venus s’installer dans la région afin d’y travailler.

«On a aussi entrepris des démarches avec des Français et on va effectuer en juin une tournée en Europe de l’Est (Roumanie et Ukraine) afin de faire du recrutement et évaluer les possibilités. C’est intéressant, mais c’est souvent des processus longs et complexes», souligne Hélène Simon du bureau des Ressources humaines de Groupe Savoie.