COVID-19: les PME vont écoper, selon un groupe d’intérêt

Les conséquences économiques de la pandémie pourraient être graves pour les petites et moyennes entreprises, selon les données préliminaires d’un rapport qui sera publié mardi.

Craignant les retombées d’un ralentissement de l’économie sur les entreprises du Canada, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a recueilli des données de ses membres pour faire le point sur la situation.

Les chiffres recueillis chez 7651 entrepreneurs canadiens sont loin d’être encourageants.

Déjà, un sixième des répondants disent avoir constaté une baisse de leurs chiffres d’affaires de 50% ou plus depuis le début de la crise.

Si la situation se maintient, près d’un quart des entreprises sondées ne survivraient pas plus d’un mois face à de telles baisses de chiffres d’affaires.

Ces données préliminaires ne comprennent que les résultats du sondage mené vendredi, samedi et dimanche. Il serait donc possible que les chiffres changent d’ici la publication du rapport complet, qui comprendra aussi les données recueillies lundi.

Mais la réalité est tout de même très évidente, selon Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales pour le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard chez la FCEI.

«Les gouvernements ont besoin de réagir rapidement pour aider les PME qui font face à des réductions importantes de leurs chiffres d’affaires. Si la crise dure plus d’un mois, ça va être un sérieux problème.»

Il explique que le FCEI a partagé ces chiffres avec des grosses pointures de la fonction publique des gouvernements provincial et fédéral lors de sessions d’information.

Louis-Philippe Gauthier hésite à parler de «solutions» à ce problème. Selon lui, les PME feront inévitablement face à des difficultés économiques au cours des prochains mois.

Mais il estime que les gouvernements devraient songer à des mesures très généreuses pour permettre aux PME de survivre à la baisse des revenus associée avec les fermetures dues à la pandémie de la COVID-19.

«Tout ce qui est remises d’argent à l’État: TPS, taxe, travail sécuritaire; tous ces fonds-là, le gouvernement devrait y mettre fin. Les entreprises sont essentiellement en train de brûler la chandelle par les deux bouts.»

Le gouvernement fédéral a déjà éliminé la semaine d’attente pour obtenir des prestations de l’assurance-emploi. Selon M. Gauthier, il s’agit d’une bonne nouvelle, mais les PME auront besoin d’un plus gros coup de pouce.

«Le gouvernement devrait considérer de mettre de côté toutes les redevances qui sont faites au gouvernement par les entreprises les plus lourdement affectées, afin de leur laisser un peu d’espace pour essayer de respirer», détaille-t-il au téléphone.

Lundi, la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell, a recommandé la fermeture de plusieurs lieux publics, dont les piscines, les centres d’entraînement, les bars et les restaurants qui offrent un buffet.

La Santé publique demande également aux restaurants de limiter le nombre de clients à 50% de la capacité d’accueil de leur salle à manger.

La marge d’erreur du sondage de la FCEI est de 1,1%, 19 fois sur 20.

La FCEI est un organisme de défense des intérêts des petites et moyennes entreprises qui est financé par ses quelque 110 000 entreprises membres.

Justin Trudeau annoncera de nouvelles mesures pour contrer la pandémie mardi.