Reitmans se place à l’abri de ses créanciers

Aux prises avec des difficultés financières importantes, le détaillant de vêtements Reitmans a annoncé mardi qu’elle demande la protection en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

La mesure vise à faciliter sa restructuration opérationnelle, commerciale et financière, a fait savoir la société montréalaise par voie de communiqué.

Durant le processus, l’entreprise entend poursuivre ses activités par l’intermédiaire des sites Web qu’elle détient et procéder à la réouverture de ses magasins en conformité avec les directives des gouvernements provinciaux.

«La demande de protection en vertu de la LACC est assurément la décision la plus difficile que nous ayons eu à prendre dans l’histoire quasi centenaire de notre organisation, mais la pandémie actuelle ne nous laisse aucun choix – nous sommes convaincus qu’il s’agit de la seule solution pour nous assurer de continuer à prospérer dans l’avenir», a affirmé dans une déclaration écrite Stephen Reitman, le président et chef de la direction de Reitmans et petit‑fils des fondateurs de la Société.

576 magasins au pays

Fondée à Montréal en 1926, l’entreprise exploite 576 magasins à travers le pays et emploie 6800 travailleurs sous les bannières Reitmans, Penningtons, RW & CO. Addition Elle et Thyme Maternité.

La société est présente dans plusieurs villes du Nouveau-Brunswick dont Saint-Jean, Moncton, Fredericton, Edmundston, Bathurst, Miramichi, Tracadie, Atholville et Dieppe.

La pandémie de COVID‑19 avait forcé la fermeture de tous les magasins de détail de l’entreprise qui a indiqué vouloir reprendre ses activités jeudi au Nouveau-Brunswick.

Parallèlement à cette réouverture, la Société a entrepris des démarches pour obtenir un financement temporaire qui procurera les liquidités nécessaires pour répondre à tous les besoins prévus de Reitmans et de ses marques en vue de la poursuite normale de leurs activités.

Reitmans est également en pourparlers avec des prêteurs relativement à l’obtention d’un financement permanent, une fois le processus de restructuration terminé.

Au tout début du mois, la Société avait annoncé que ses ventes de l’exercice 2019 avaient diminué de 53,5 millions de dollars, pour s’établir à 869,5 millions de dollars. La perte nette de l’exercice s’est chiffrée pour l’occasion à 87,4 millions de dollars.