Le «déficit pandémique» fédéral devrait atteindre au moins 363 G $

Le directeur parlementaire du budget (DPB) estime que la réponse fédérale à la pandémie de COVID-19 devrait porter le déficit à 363,4 milliards $ en 2020-2021.

Dans un rapport publié mercredi, Yves Giroux ajoute toutefois que le déficit devrait diminuer avec le temps, alors que les mesures de soutien d’urgence se réduiront au cours des 12 prochains mois.

L’économie se porte elle aussi mieux que ce qu’avait prévu le bureau de M. Giroux et le DPB révise ses projections de croissance économique à partir du deuxième semestre de cette année. Selon le DPB, l’amélioration des perspectives provient en bonne partie de la hausse du prix des matières premières, de la forte reprise aux États-Unis et de l’arrivée de vaccins efficaces plus tôt que prévu.

«Nous nous attendons à ce que le niveau d’emploi regagne le terrain perdu depuis le début de la pandémie d’ici la fin de 2021, et que le taux de chômage diminue de façon constante jusqu’en 2022», indique M. Giroux dans un communiqué.

Avec une économie qui se porte mieux que prévu et un déficit en baisse avec le temps, le directeur parlementaire du budget s’attend à ce que les finances fédérales redeviennent viables.

L’économie pourrait également bénéficier d’un coup de pouce grâce aux mesures de relance économique promises par les libéraux, évaluées entre 70 et 100 milliards $ sur trois ans, qui seront précisées dans le budget fédéral du 19 avril.

Les perspectives de M. Giroux ne tiennent toutefois pas compte de ces dépenses, en raison du manque de détails sur la façon dont elles seront utilisées. Mais le DPB prévient que cela entraînerait des déficits plus importants qui pourraient devenir incontrôlables en fonction de la façon dont les dépenses sont financées.