La directrice du Carrefour pour femmes, Chantal Poirier, a eu les larmes aux yeux. Son association a reçu deux prix d’excellence de la part de la Chambre de commerce du Grand Moncton, attribués par le public et un jury indépendant.

«C’est le Choix du public qui m’a vraiment touché, exprime Mme Poirier. Pour des raisons de confidentialité, on ne peut pas raconter notre version des faits quand on rencontre des défis, alors les gens voient seulement la surface de notre action. Mais ils apprécient quand même notre travail!»

Depuis 40 ans, le Carrefour pour femmes offre un refuge aux femmes et aux enfants victimes de violences et d’agression sexuelle.

L’association les accompagne ensuite dans la reprise de leur indépendance grâce à du logement, du conseil et du soutien. Elle répond aussi à des appels de crise.

Le Carrefour pour femmes affronte cependant une situation exceptionnelle depuis l’arrivée de la COVID-19, en 2020.

«Ç’a été très difficile de rester positifs et motivés pendant la pandémie, confie Mme Poirier. Les cas que nous voyons sont beaucoup plus sévères. Les femmes et les enfants sont plus isolés, souffrent de violences et ont moins accès à ce dont ils ont besoin. Nous recevons aussi beaucoup plus d’appels.»

Elle illustre notamment les changements apparus par l’augmentation de la proportion de victimes de violences conjugales dans les 41 lits de la maison de transition du Carrefour pour femmes: 50% avant la pandémie, 80% en janvier dernier et presque 100% aujourd’hui.

«À un moment donné, on pouvait accueillir les mères sans abri parce qu’on avait de l’espace, mais on n’a plus ce luxe-là», déplore Mme Poirier.

Chantal Poirier accuse le manque de logements abordables de réduire le nombre de personnes que son association peut aider.

«Notre refuge est plein, parce qu’il n’y a pas d’appartements où envoyer les femmes et les enfants, souligne la directrice. Ils sont censés rester de 30 à 60 jours dans la maison de transition, mais peuvent y demeurer six mois, car on ne peut pas les mettre à la rue.»

Mme Poirier assure qu’elle continuera à réclamer au gouvernement des fonds supplémentaires afin de mettre à disposition des mères en difficulté des maisons où elles pourront reprendre leur indépendance.

Les deux prix d’excellence reçus par le Carrefour pour femmes grâce à un jury et au public (plus de 1000 personnes ayant voté pour 40 organisations) donneront peut-être du poids aux requêtes de sa directrice!

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle