L’économie canadienne s’est débattue en janvier, malgré une augmentation des cas de COVID-19 et la disparition de 200 000 emplois, pour dégager un gain mensuel de 0,2%, a indiqué jeudi Statistique Canada.

Les industries productrices de biens ont alimenté les gains de janvier. L’agence fédérale a noté que le secteur de la construction avait augmenté pour une troisième fois en quatre mois, et que celui du commerce de gros avait connu son plus important gain mensuel depuis juillet 2020.

La construction résidentielle a augmenté de 4,3% en janvier, ce qui, selon Statistique Canada, a plus que contrebalancé les deux mois de contractions précédents. Ce gain mensuel était en outre le plus important depuis mars 2021.

On ne peut pas en dire autant du secteur des services qui, dans son ensemble, a enregistré une croissance nulle en janvier.

Le secteur de l’hébergement et des services de restauration et celui des arts, des spectacles et des loisirs ont chacun enregistré leur plus forte baisse mensuelle depuis la première vague de la pandémie de COVID-19, en avril 2020.

Statistique Canada a également signalé que l’extraction minière, l’exploitation en carrière, et l’extraction de pétrole et de gaz naturel étaient en baisse pour un troisième mois consécutif.

L’agence fédérale a souligné que son estimation initiale suggérait que l’économie avait augmenté de 0,8% en février, affirmant que de nombreux secteurs en baisse en janvier avaient rebondi le mois suivant.

Royce Mendes, directeur général et chef de la stratégie macroéconomique chez Desjardins, a observé qu’après s’être débranchée tout au long du mois de janvier, l’économie semblait avoir appuyé de nouveau sur l’accélérateur en février, les services ayant été soutenus par l’atténuation du variant Omicron et l’assouplissement des restrictions.

Statistique Canada publiera une version finale des données de février à la fin du mois d’avril.

L’économiste Andrew Grantham, de la Banque CIBC, estime quant à lui que les chiffres étonnamment résistants de janvier et les premières estimations pour février placent la croissance économique du premier trimestre en avance sur les prévisions faites au début de l’année.

Il s’attend désormais à ce que l’économie progresse à un taux annualisé de 4% au premier trimestre, une prévision deux fois plus élevée que celle de 2% faite par la Banque du Canada en janvier, dans ses perspectives économiques.

Croissance moins rapide pour le reste de l’année?

Mais M. Grantham note que la croissance pendant le reste de l’année devrait être plus lente en raison de l’impact de la forte inflation sur les finances des ménages, des problèmes potentiels de chaîne d’approvisionnement résultant de l’invasion russe de l’Ukraine et de la hausse des taux d’intérêt, qui devrait ralentir l’essor du marché immobilier.

«Les conditions géopolitiques forcent les flux commerciaux mondiaux à se modifier et les pays se tournent vers le Canada en tant que fournisseur fiable et sûr de matières premières», a expliqué l’économiste Tu Nguyen, de la firme RSM Canada.

«Cela signifie que les secteurs des produits de base, comme les secteurs minier, agricole, pétrolier et gazier, au Canada, se redressent et qu’ils devraient être très solides cette année. Ils doivent combler cette lacune sur le marché mondial», a-t-elle indiqué.

Mme Nguyen a également affirmé que des entreprises comme les restaurants et les bars, durement touchées en janvier, devraient rebondir dans les mois à venir, tant que l’économie reste ouverte et que la hausse des coûts n’entraîne pas des augmentations de prix qui repoussent les clients.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle