Un programme de fidélité a peu de chance de voir le jour chez Dollarama à moyen terme. Pour le moment, le détaillant montréalais a peu d’intérêt pour les données de ses clients, a dit le grand patron du détaillant montréalais.

«L’industrie des magasins à un dollar n’est pas le meilleur segment pour implanter un programme de fidélité, a répondu le président et chef de la direction de Dollarama, Neil Rossy, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes, mercredi, visant à discuter des résultats du troisième trimestre. Notre programme de fidélité, c’est d’offrir le meilleur rapport qualité-prix. Ça fonctionne bien.»

Les programmes de fidélité permettent aux commerces de recueillir les données de leurs clients pour analyser leurs habitudes de consommation et offrir des promotions plus ciblées. Ils servent aussi d’incitatif afin d’amener les consommateurs à faire plus d’achats chez un même détaillant.

Pour sa part, Dollarama effectue des sondages pour mieux connaître les habitudes de ses clients, mais l’entreprise ne collecte pas leurs données. «Notre priorité est d’améliorer nos capacités d’analyse des données que nous avons déjà, a expliqué M. Rossy. Ce sont les données sur les transactions, pas celles des consommateurs. Nous avons beaucoup de données et nous voulons en tirer le meilleur parti.»

Expansion en Amérique latine

La direction de Dollarama a aussi indiqué qu’elle anticipait d’ouvrir plus de magasins que prévu en Amérique latine par le biais de Dollarcity, dont elle détient 50,1% des actions.

Dollarama prévoyait que le nombre de magasins Dollarcity atteigne le seuil de 600 d’ici 2029. Cette cible passe à 850. Dollarcity compte 395 magasins et a pignon sur rue au Salvador, au Guatemala, en Colombie et au Pérou.

L’augmentation de la cible établie en 2019 est attribuable à l’entrée de l’entreprise dans le marché péruvien en 2021 et à la densification de l’empreinte de l’entreprise dans les autres pays «principalement en Colombie », résume M. Rossy.

Martin Landry, de Stifel GMP, croit que les activités de Dollarcity pourraient représenter une part importante de Dollarama.  «Au fil du temps, nous croyons que Dollarcity aurait le potentiel de devenir plus gros que Dollarama», a avancé l’analyste financier.

Au Canada, Dollarama maintient l’objectif d’atteindre le nombre de 2000 magasins d’ici 2031.

Plus grande popularité de la nourriture

Le troisième trimestre de Dollarama (terminé le 30 octobre) a été marqué par une augmentation des ventes de denrées alimentaires, dans un contexte de flambée des prix des aliments.

M. Rossy a mentionné que les habitudes de consommation sont restées relativement semblables pour toutes les autres catégories d’articles, mais que les ventes d’aliments augmentent. «Le fait que les gens cherchent des aubaines avec les denrées périssables explique les ventes comparables que nous avons obtenues.»

Les ventes des magasins comparables, un indicateur clé pour mesurer la progression des recettes des magasins existants, ont avancé de 10,8%. Les ventes totales, pour leur part, ont augmenté de 14,9% à 1,29 milliard $.

«Avec une augmentation de l’achalandage de 10,3% et une augmentation du panier de 0,4%, il n’y a pas de doutes que notre proposition demeure attrayante dans un contexte inflationniste», a souligné le chef des finances du détaillant, Jean-Philippe Towner.

Le bénéfice net n’a toutefois pas augmenté au même rythme, tandis que les marges du segment de l’alimentation sont moins élevées. Il progresse de 9,9% à 201,6 millions $. Le bénéfice dilué par action, pour sa part, bondit de 14,8% à 70 cents.

Le bénéfice dilué par action est similaire à la prévision moyenne des analystes à 70 cents, selon la firme de données Refinitiv.

Dollarama a aussi dévoilé une forte augmentation de ses stocks qui atteignent 1 milliard $ par rapport à 599,2 millions $ à la même période l’an dernier.

Cette hausse serait attribuable à un déblocage de la chaîne d’approvisionnement qui amène une réduction des délais de transport, explique M. Towner. «Nous avons rebâti nos stocks. Je pense que nous sommes à un seuil de stocks qui est en ligne avec nos attentes.»

L’action de Dollarama gagnait 3,86$, ou 4,83%, à 83,70$ à la Bourse de Toronto, en après-midi.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle