Les grands souliers de Michel Cormier

Tout en laissant à son successeur une grande taille à chausser, Michel Cormier aura lui-même de grands souliers à porter en devenant le prochain directeur général de l’information du réseau français de la Société Radio-Canada.

Sous la direction de Michel Cormier, Radio-Canada Acadie avait certainement l’écoute du siège social à Montréal. Confrontée aux compressions budgétaires certaines, la Société Radio-Canada/CBC aura d’autres choix déchirants à arrêter. Étant donné sa renommée dans cette grande boîte qu’est Radio-Canada, la communauté acadienne se sentait en quelque sorte protégée.

En juin, lorsque M. Cormier a pris les rênes de la région Acadie, il s’était dit très optimiste en ce qui touche l’avenir des régions à Radio-Canada, y compris pour les projets de production régionale d’émissions à être diffusées au réseau national. Citant la série dramatique Belle-Baie, M. Cormier avait confié au journal «… quand on a ça dans notre besace, c’est plus facile après, quand les producteurs privés proposent des choses à Radio-Canada, que ce soit accepté». (1) Son optimisme était partagé par la communauté acadienne de l’Atlantique.

Après la surprise de son départ précipité pour relever le défi de l’information au réseau français de Radio-Canada, la question sur toutes les lèvres des auditeurs de Radio-Canada Acadie touche à sa succession: qui Radio-Canada choisira-t-elle pour le remplacer? La prochaine direction générale de Radio-Canada Acadie aura-t-elle la même qualité d’écoute dont bénéficiait Michel Cormier auprès du siège social? Attendons pour voir qui occupera le poste.

Lorsque Alain Saulnier, le directeur de l’information sortant, a annoncé aux journalistes la nouvelle de son départ, toute la salle de rédaction à Montréal lui a réservé une ovation debout. C’est du moins ce que rapporte le chroniqueur de La Presse de Montréal, Yves Boisvert (2). Il bénéficiait donc de l’appui et de l’admiration des journalistes de Radio-Canada. Ancien président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, il s’est aussi attiré le respect de la communauté journalistique québécoise. Yves Boisvert convient, à juste titre, que le remplaçant d’Alain Saulnier, Michel Cormier, est «un journaliste respecté qui a roulé sa bosse avec bonheur partout sur la planète».

Selon d’autres sources, M. Saulnier était considéré comme un centralisateur: le contenu régional des informations à Radio-Canada n’était pas sur la liste de ses priorités, ou si elle l’était, il n’y avait pas encore consacré l’attention que nous aurions souhaité qu’il lui porte.

Il ne fait aucun doute que le souhait de toute l’Acadie de l’Atlantique c’est que Michel Cormier aura comme priorité de «dé-montréal-iser» le service des nouvelles de Radio-Canada. Ceux qui ont écouté dimanche le Téléjournal midi ont vu comme manchette: début des travaux de déneigement à Montréal. Vraiment? Comment justifier que la manchette d’un bulletin national de nouvelles porte sur les travaux de déneigement de Montréal?

Il est temps que quelqu’un rappelle à la salle de rédaction de Radio-Canada à Montréal le mandat fondamental du diffuseur public. Nous anticipons que cette personne sera Michel Cormier.

Si cela peut vous rassurer, la communauté acadienne de l’Atlantique n’est pas seule à réclamer un meilleur équilibre du contenu des bulletins de nouvelles de Radio-Canada. Non seulement d’autres régions hors Québec le réclament, mais plusieurs régions du Québec se sentent aussi délaissées et marginalisées que l’Acadie de l’Atlantique.

(1) L’Acadie Nouvelle du samedi 25 juin 2011, article de Sylvie Mousseau, page 9

(2) Pour lire la chronique d’Yves Boisvert, consultez le lien suivant:

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201202/24/01-4499675-la-contribution-dalain-saulnier.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1