Un pas de géant à Moncton

La Ville de Moncton vient de faire un pas de géant dans son projet de construction d’un nouvel amphithéâtre. En signant une convention d’option d’achat de 6 millions $ pour le terrain du centre commercial Highfield Square, la municipalité s’assure un emplacement de choix pour ce qui sera son plus grand projet.

Le Highfield Square de Moncton fermera bientôt ses portes définitivement. À l’entrée du centre-ville de Moncton, le terrain sur lequel le centre commercial est situé est l’endroit idéal pour construire le futur complexe multifonctionnel de sports et de divertissement dont la Ville rêve depuis des années, et qui est appelé à remplacer le vétuste Colisée situé aux limites de la ville.

Le nouvel amphithéâtre aurait l’avantage d’être situé tout près du centre-ville, et donc de redonner plus de vitalité au joyau qu’est la rue Main pour la Ville de Moncton. On ne peut qu’imaginer l’impact qu’aura pour les commerçants la présence de 10 000 personnes dans un aréna situé à quelques minutes de marche, et désireuses après une partie de hockey, un congrès ou un salon d’aller se promener en ville.

Mais voilà, on parle d’un projet de 100 millions $. Même pour une ville de la taille de Moncton, la facture est très salée. Heureusement, tant le gouvernement provincial que le secteur privé ont compris l’importance du projet, et sont prêts à faire équipe avec la municipalité. C’est toutefois plus difficile à Ottawa, où le gouvernement fédéral refuse désormais de financer les infrastructures sportives utilisées en priorité pour des équipes professionnelles ou juniors.

Moncton ne baisse pas les bras et reviendra à la charge. Nous invitons le fédéral à être plus à l’écoute de ses arguments. Le député local, Robert Goguen, le ministre fédéral responsable du Nouveau-Brunswick, Keith Ashfield, et celui responsable de l’APÉCA, Bernard Valcourt, doivent porter ce projet auprès des décideurs fédéraux.

Soyons clairs: la construction d’un nouvel aréna est un luxe, que ce soit à Québec, à Laval ou à Moncton. Mais dans le cas qui nous occupe, nous parlons d’une ville en pleine croissance, qui est en train de s’établir comme étant la plus populeuse et la plus importante du Nouveau-Brunswick, qui s’est donné l’image d’un endroit où «tout est possible» et qui a les moyens de ses grandes ambitions.

Cela sans compter le fait que le Colisée agréna actuel date d’une autre époque et ne suffit pas à la demande. On le voit chaque printemps pendant les séries éliminatoires de la LHJMQ quand les Wildcats de Moncton peinent à se trouver des dates pour jouer et s’entraîner en raison du très grand nombre de salons et autres événements du genre qui ont lieu à cet endroit à cette période de l’année.

Précisons aussi que le nouvel amphithéâtre qui doit être construit ne servira pas qu’au hockey. Des spectacles majeurs, des congrès importants et autres rassemblements majeurs pourront s’y tenir.

En ce sens, Moncton peut s’inspirer de Winnipeg, qui construit un nouveau stade de football. Ottawa a refusé là aussi de financer sa construction. Toutefois, il subventionne les volets communautaire et sport amateur du stade. Une entente du même type pourrait facilement s’appliquer à Moncton.

Si Ottawa devait faire la sourde d’oreille, nous avons confiance que Moncton trouvera tout de même les sous nécessaires pour réaliser ce grand projet qui changera le visage même de la ville. Nous l’invitons toutefois à agir avec grande prudence. On l’a vu à Dieppe il n’y a pas si longtemps, construire une infrastructure majeure (le centre aquatique) sans l’aide des gouvernements peut avoir des conséquences majeures aux niveaux économique (dépenses et dette), politique et social.