Cynisme ou insouciance?

Sitôt la nouvelle dévoilée que l’agriculteur du Nord-Ouest, M. Henk Tepper, avait été libéré, la ministre d’État aux Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), Diane Ablonczy, a émis le samedi 31 mars 2012, un communiqué de presse dans lequel on pouvait lire «que les efforts des agents consulaires canadiens ont contribué à faire libérer M. Henk Tepper (et que le) gouvernement (Harper) a travaillé avec ardeur, dans les coulisses, afin de résoudre cette situation». Dans la version anglaise du communiqué, la ministre Ablonczy décrit le travail du gouvernement comme ayant été «discret et persistant».

En conférence de presse tenue hier matin (lundi 2 avril 2012), la sœur de M. Tepper, Harmien Dionne, n’a pas manqué de relever la prétention de Mme Ablonczy. Le travail du gouvernement a été tellement discret, a-t-elle rappelé avec ironie, qu’il était impossible, malgré les nombreuses communications de la famille auprès du gouvernement fédéral, d’obtenir de l’information. Et quand la famille en obtenait, elle ne reflétait pas ce qui se passait réellement. Par exemple, le gouvernement a considérablement embelli les conditions de détention de M. Tepper. Selon le journal de ce dernier, l’ambassade du Canada à Beyrouth aurait affirmé qu’il était détenu dans une cellule avec une fenêtre par laquelle entraient les rayons du soleil et de l’air frais. M. Tepper écrit que tout au long de sa détention, il n’a jamais vu la lumière.

L’avocat libanais de M. Tepper, Me Joe Karam, n’a pas caché son indignation et sa frustration dans ses rapports avec le gouvernement canadien. Me Karam a déclaré à la presse qu’en vingt ans de carrière en défense des droits de la personne, il n’avait jamais été témoin d’autant d’indifférence d’un gouvernement à l’égard d’un ressortissant national. Il a relaté avoir été particulièrement indigné de la réponse du gouvernement lui signifiant que le cas de M. Tepper était le même que trois mille cas de ressortissants canadiens à travers le monde.

Rappelons qu’un porte-parole du gouvernement libanais avait déclaré, en décembre 2011, qu’une initiative politique officielle du gouvernement du Canada aurait certainement aidé à accélérer le processus de libération. De son côté, la ministre Ablonczy avait prétendu que les démarches insistantes et publiques de la sénatrice Pierrette Ringuette avaient plutôt contribué à retarder et à nuire «aux efforts» du gouvernement déployés dans le dossier de M. Tepper.

Trois mois après l’incarcération de M. Tepper, le 14 juin 2011, le député de Beauséjour, Dominic LeBlanc, avait demandé à la Chambre des communes pourquoi la famille Tepper n’avait reçu aucune information du gouvernement sur son sort. Madame Ablonczy avait répondu «En fait, M. Tepper et sa famille ont reçu une aide substantielle, active et énergique depuis son arrestation. Il a reçu des visites régulières et il y a eu des contacts réguliers avec M. Tepper, sa famille et ses avocats afin de lui donner toute l’aide possible». (1) Il était revenu à la charge le lendemain, mais la ministre avait dit qu’elle ne pouvait intervenir dans les «affaires internes» du gouvernement libanais. (2) Le 16 juin, c’est le député de l’Île-du-Prince-Édouard, Wayne Easter, qui est revenu à la charge dénonçant que le gouvernement remettait toute la responsabilité sur les épaules de M. Tepper. Mme Ablonczy avait répondu: «Nous ne pouvons pas demander à un autre pays de libérer un de nos citoyens, mais nous allons continuer de veiller à ce que cette situation soit réglée rapidement et de façon transparente.» Elle avait aussi prétendu que les autorités consulaires entretenaient des «contacts réguliers» pour conseiller et donner toute l’aide nécessaire aux avocats et à la famille. (3) Le lundi suivant, le 20 juin, elle a répété essentiellement les mêmes propos. (4)

Les prétentions du gouvernement ont été formellement démenties par les principaux intéressés, Mme Dionne et les deux avocats, hier en conférence de presse. Cynisme ou insouciance du gouvernement, nous comprenons la déception de la famille Tepper.

Références:
Cité de la période de questions du 14 juin 2011, à l’item «Les affaires étrangères»: http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=5089492&Language=F&Mode=1&Parl=41&Ses=1#OOB-3888146

Lire la réplique de la ministre en Chambre:
http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=5091548&Language=E&Mode=1&Parl=41&Ses=1

Les échanges peuvent être lus à:
http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=5095202&Language=F&Mode=1&Parl=41&Ses=1

Idem à:
http://www.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=5099570&Language=F&Mode=1&Parl=41&Ses=1

Lisez le blogue de Jean Saint-Cyr sur le même sujet sur le site http://www.capacadie.com/chroniques/2012/4/2/le-retour-de-lexile-force