En perte de vitesse

Un an après son accession à un gouvernement majoritaire, le premier ministre Harper est en perte de vitesse plus accentuée qu’au lendemain de la formation des gouvernements minoritaires en 2006 et en 2008.

Dans son édition d’hier (1), le Globe and Mail rappelle qu’un an après son élection de 2006 comme chef d’un gouvernement minoritaire, les intentions de vote des Canadiens en faveur de M. Harper avaient chuté de trois points. Un an après son élection à un deuxième mandat comme gouvernement minoritaire, les intentions de vote de l’électorat canadien en sa faveur avaient grimpé d’un point, passant de 38 % à 39 %.

Un an, donc, après les élections, le gouvernement a perdu 5,6 % des intentions. Cette perte de popularité auprès de l’électorat place le Parti conservateur de M. Harper (34 %) pratiquement à égalité avec le NPD de M. Mulcair (32,9 %) qui consolide son appui des Canadiens. Un an après les élections de 2008, le parti de M. Layton avait perdu quatre points par rapport à l’appui obtenu au scrutin général, alors que M. Mulcair voit son parti gagner deux points depuis l’élection de l’an dernier. Mais si on compare l’appui du NPD à la veille de la course à la direction, où le NPD comptait sur l’appui de 27,8 % des intentions de vote, depuis qu’il est chef du NPD, M. Mulcair a augmenté l’appui à son parti de 5,3 % au Canada (2). Il a effectué des gains de 4,4 % en Colombie Britannique, 3,8 % en Alberta, presque rien en Ontario, 13,5 % au Québec et 8,8 % au Canada atlantique.

Cela ramènerait, s’il y avait des élections aujourd’hui, le gouvernement de M. Harper en territoire minoritaire, grâce au fait qu’il bénéficie de l’appui assez solide dans l’Ouest et qu’il garde un avantage marqué en Ontario.

Avec le gain de la modeste de popularité des libéraux (augmentation de 2,8 %) sous la direction intérimaire de Bob Rae, les intentions de vote actuel des Canadiens donneraient aux conservateurs 135 sièges, les néo-démocrates en récolteraient 117 et les libéraux 51. Dans un tel contexte, si les libéraux s’ouvraient à la formation d’une coalition, ils pourraient porter le NPD à la tête du gouvernement canadien.

Une multitude de facteurs a contribué à la perte de vitesse du gouvernement Harper auprès de l’électorat canadien, du projet de loi sur la surveillance des internautes à l’abolition du registre des armes à feu (particulièrement au Québec pour le registre), en passant par leur loi controversée portant sur le crime ou les compressions massives des emplois de la fonction publique, ce sont cependant les informations sur le phénomène des appels automatisés frauduleux et le dossier de l’achat des F-35 qui expliquent en grande partie la perte de popularité du gouvernement, selon les sondages menés sur le jugement que porte les Canadiens.

Nous sommes bien sûr bien loin de la prochaine élection générale. M. Harper dispose encore de trois ans pour tenter de faire oublier les faux pas de sa première année à la tête d’un gouvernement majoritaire. Mais certaines des décisions, comme l’abolition du registre et la loi omnibus sur le crime, ont une portée à long terme. Quant au processus d’achat des F-35, il continuera de traîner dans les manchettes, et cela pour deux raisons. D’abord le montant important de l’argent public que son achat nécessite, pendant qu’on supprime des services à la population, ce qui sera difficile à justifier auprès de l’opinion publique. Ensuite, comme l’avion est encore en développement, et que celui-ci ne cesse d’accuser des retards de livraison avec les coûts additionnels qui y sont associés, le gouvernement n’a pas fini de s’expliquer sur cette décision. Puis, lorsque le rapport d’enquête d’Élections Canada sur les appels frauduleux sera publié, il fera fondre la glace déjà mince sur laquelle les conservateurs patinent depuis le dévoilement de l’affaire.

Si le premier ministre connaissait la chanson de Lisa LeBlanc, sans doute fredonnerait-il que demain, ça ira mieux, mais qu’aujourd’hui, sa vie c’est…

(1) http://www.theglobeandmail.com/news/politics/a-year-in-harpers-lost-more-ground-in-majority-than-two-minorities/article2417469/

(2) http://www.theglobeandmail.com/news/politics/measuring-ndp-gains-across-canada-after-mulcairs-victory/article2410767/page2/