Pour un nouveau Colisée à 100 millions $

La Ville de Moncton projette de construire un nouvel amphithéâtre au coût de 100 millions $, en plein centre-ville. Il s’agit d’un projet porteur que l’Acadie Nouvelle a déjà appuyé en éditorial, en mars, et que nous appuyons encore aujourd’hui. Mais les embûches sont nombreuses. Moncton devra faire preuve de prudence et d’ingéniosité pour éviter que les coûts du projet explosent.

Dans un excellent dossier publié au début de la semaine dans nos pages, le collègue Patrice Côté a fait le tour de la question. D’où viendront les 100 millions $? Comment se compare le projet de Moncton avec ceux d’autres villes canadiennes? Quelles sont les erreurs à éviter? Une conclusion à retenir: la Ville peut gagner gros avec ce mégaprojet (le plus important de son histoire), mais peut aussi commettre des erreurs qui risquent de lui coûter très cher.

Le Colisée de Moncton vieillit. Il est situé aux confins de la municipalité. Surtout, il est pratiquement toujours utilisé à plein rendement. Il suffit que l’équipe de hockey junior, les Wildcats de Moncton, fasse un petit bout de chemin en séries éliminatoires pour que des casse-têtes se présentent. En effet, l’infrastructure accueille des spectacles, mais aussi de nombreux salons, expositions, festivals, etc.

Moncton est une ville en plein essor. Construire un nouveau centre de divertissement, de surcroît en plein centre-ville, est un luxe, oui, mais un luxe qu’elle peut se permettre et qui contribuera à sa croissance.

Il faut préciser que la croissance se fait tous les jours partout à Moncton, sauf dans le centre-ville. Les efforts de revitalisation de la rue Main méritent d’être salués, mais ne sont pas suffisants. L’arrivée d’un nouveau Colisée à la place de l’actuel Highfield Square, qui déverserait chaque soir sur la rue principale des milliers de personnes, aurait l’effet d’un tonique exceptionnel sur le centre-ville, et contribuerait à le transformer ainsi qu’à lui donner une nouvelle vie.

Toutefois, il y a un problème, et il est de taille: la facture. Depuis des années, on nous dit qu’elle ne dépassera pas 100 millions $, ce qui est en soi un chiffre gargantuesque. Or, tous les grands projets de la Ville de Moncton au cours des dernières années ont connu des dépassements de coûts. Cette semaine, le conseiller municipal Daniel Bourgeois y a été d’un avertissement. Selon lui, il en coûtera à la municipalité au moins
165 millions $ pour réaliser son rêve.

Le conseiller Bourgeois est un homme crédible, qui prend souvent la parole lors des conseils. Expert en administration publique, il est consciencieux, connaît bien ses dossiers, et pose souvent des questions pointues et importantes. Ses propos ne sont pas à prendre à la légère, bien qu’il soit impossible pour l’instant de vérifier son estimation (le montage financier n’étant pas encore complété).

Pour éviter une déroute financière, Moncton ne devra pas succomber à la folie des grandeurs. Ils sont nombreux à rêver d’une oeuvre architecturale ultramoderne qui ferait oeuvre de signature pour la ville tout entière, et qui comprendrait 12 000, 15 000 ou 18 000 sièges. Or, Moncton, malgré ses ambitions, n’est pas Montréal, Québec, ni même Halifax. Ne laissons pas les rêves les plus fous obscurcir la réalité.

Construire en hauteur, avec des centaines ou des milliers de sièges supplémentaires, coûtera une fortune. Est-il vraiment nécessaire de dépasser le cap symbolique des 10 000 sièges? Ou même d’en construire plus de 8000? Le Cirque du Soleil, Carrie Underwood et combien d’autres n’ont pas snobé Moncton au profit de Saint-Jean ou Halifax parce que le vieux Colisée manquait de place, mais bien parce qu’il est mal configuré, que le toit est trop bas, qu’il ne compte pas suffisamment de loges, etc. Sans oublier que les Wildcats attirent rarement plus de 4000 amateurs.

Ultimement, le montage financier fera foi de tout. Combien d’argent Moncton réussira-t-elle à aller chercher dans le secteur privé? Ottawa comprendra-t-il enfin qu’il s’agit d’un projet commu­nautaire crucial, et non de la construction d’un palais pour une équipe de hockey professionnelle? Acceptera-t-il de délier les cordons de sa bourse?

Oui à un nouveau Colisée, même à 100 millions $. Cependant, la Ville de Moncton n’a pas droit à l’erreur. Tout dérapage pourrait lui coûter très cher, et pendant longtemps.