Le doigt sur le bouton

Il est un peu tôt courir se cacher dans l’abri antinucléaire le plus près. Les menaces que s’échangent le président des États-Unis Donald Trump et le numéro 1 de la Corée du Nord Kim Jong-un ne sont, pour l’instant, que ça: des menaces.

Néanmoins, l’escalade des tensions entre ces deux pays méritent notre attention, ne serait-ce que parce que toutes les règles traditionnelles de diplomatie semblent avoir été brisées. Donald Trump et Kim Jong-un ne ressemblent pas à deux chefs d’État qui ont l’avenir de leur nation et de la planète à cœur, mais plutôt à deux enfants qui se querellent.

Deux enfants qui disposent de l’arme nucléaire.

Les histoires rocambolesques à propos de Kim Jong-un, qui se vante dans son autobiographie d’avoir réussi onze trous d’un coup dans l’unique partie de golf auquel il aurait participé, nous font normalement rigoler et font le bonheur d’émissions à caractère humoristique comme Infoman.

Les récentes informations sont plus inquiétantes. La Corée du Nord aurait réussi des progrès en matière d’armement nucléaire, au point où elle se dit désormais capable de frapper des pays situés à grande distance. L’île de Guam, dans le Pacifique, abrite une base militaire américaine. Elle serait dans la mire du «Cher Leader».

Le président Trump a réagi comme il le fait chaque fois: avec un tweet. Il a menacé de faire subir à la Corée du Nord «le feu et la colère» comme jamais personne ne l’a subi dans toute l’histoire de l’humanité.

Le genre de propos incendiaires qui, dans un autre contexte, auraient pu être proférés par Kim Jong-un lui-même!

Espérons que ces messieurs un brin impulsifs retrouveront la raison. D’ici là, interrogeons-nous à propos de quelque chose qui nous a longtemps inimaginable: les conséquences d’une guerre nucléaire.

Ne serait-ce que pour des raisons géographiques, le Nouveau-Brunswick ne serait pas sur la ligne de front. Nous sommes situés bien loin de l’océan Pacifique. Nos élus, tant Brian Gallant que Justin Trudeau, n’auraient aucune influence sur la suite des événements. Nous ne serions que des spectateurs impuissants.

Il est clair aussi que la Corée du Nord, qui est un nain à l’échelle mondiale, n’aurait aucune chance contre la superpuissance mondiale que sont les États-Unis d’Amérique. Toute guerre se terminerait par la destruction annoncée par Donald Trump. Une rare promesse qu’il serait en mesure de tenir…

Cette bataille aurait toutefois des conséquences.

Le voisin immédiat de la Corée du Nord est la Chine. Celle-ci a signé un accord de défense mutuelle avec son belliqueux voisin. Une agression américaine contre Pyongyang pourrait pousser l’Empire du Milieu à entrer en guerre.

Par ailleurs, il est important de rappeler que le Canada et les États-Unis font tous les deux partie de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), en vertu de laquelle une attaque contre un des membres est considérée comme étant une attaque contre tous ses alliés.

Si le dictateur nord-coréen met sa menace à exécution et balance des missiles contre le territoire de Guam, le Canada pourrait alors se retrouver en guerre plus vite qu’on le pense en sa qualité de membre de l’OTAN. Vous avez bien lu. Des soldats acadiens pourraient se retrouver à l’autre bout du monde afin de livrer bataille aux militaires nord-coréens… et même chinois.

De la politique fiction? Parlez-en aux anciens combattants qui ont participé à la Guerre de Corée (1950-1953). Parlez-en aussi aux Irakiens, aux Syriens et aux Afghans qui ont vu tomber chez eux les bombes américaines dans un passé récent.

Outre toutes les vies militaires et civiles qui seraient emportées, le conflit aurait aussi un impact sur les économies néo-brunswickoise et canadienne. La Chine est un important partenaire financier et commercial…

Nous n’en sommes heureusement pas encore là. Tant Donald Trump que Kim Jong-un ont l’habitude de faire des déclarations intempestives qui ne se transforment pas nécessairement en actions.

Le monde n’en serait pas non plus à un premier point de bascule. Plusieurs ont cru que la Crise des missiles de Cuba (1962) provoquerait la Troisième Guerre mondiale. Les dirigeants ont finalement réussi à s’entendre.

Il faut dire que John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev étaient des hommes pragmatiques. Les États-Unis voulaient aussi protéger leurs alliés européens, qui se seraient retrouvés sur la ligne de front d’un conflit armé. Quant à l’URSS, elle se souvenait encore du lourd tribut payé pendant la Seconde Guerre mondiale (plus de 20 millions de morts dans ce pays) et avait un empire à protéger.

Nous parlons donc de deux États dirigés par des hommes qui avaient tout à gagner à agir de façon raisonnable. Peut-on dire la même chose aujourd’hui avec les protagonistes du jour?

Nous ne pouvons que nous croiser les doigts.