Le Cabinet: un test important pour Higgs

Blaine Higgs est le premier ministre désigné du Nouveau-Brunswick. Il entend réduire au minimum la période de transition, ce qui signifie qu’il pourrait être assermenté dès cette semaine en compagnie de son conseil des ministres. Mais qui seront ces gens qui formeront la garde rapprochée du nouveau patron à Fredericton?

La formation d’un conseil des ministres est un exercice périlleux au Nouveau-Brunswick. Le premier ministre doit assurer un équilibre précaire entre les régions rurales et urbaines, francophones et anglophones, le Nord et le Sud, les hommes et les femmes, les vieux de la veille et le sang neuf, etc.

Il est de plus hasardeux de tenter de deviner à l’avance quel député occupera quel portfolio. Traditionnellement, les chefs de parti néo-brunswickois ont tendance à conserver le secret jusqu’au jour J.

Ce n’est pas ainsi partout. Bien avant son assermentation en 2015, Justin Trudeau avait laissé entendre que Bill Morneau serait son ministre des Finances. Au Québec, le chef libéral Philippe Couillard avait annoncé pendant la campagne que Gertrude Bourdon serait sa nouvelle ministre de la Santé.

Mais il n’y a rien de tel au Nouveau-Brunswick. Nous ne pouvons que spéculer.

Cet exercice est encore plus complexe du fait que Blaine Higgs part avec une page blanche. Il est devenu chef du Parti progressiste-conservateur avec l’appui de seulement deux députés du caucus actuel: Bill Oliver (Kings Centre) et Sherry Wilson (Moncton-Sud-Ouest).

Ted Flemming, par exemple, a été nommé ministre de la Santé dans le gouvernement de David Alward en 2012. La définition même d’un poids lourd. Mais lors de la campagne à la direction du Parti progressiste-conservateur, il a coprésidé la campagne de l’avocate monctonienne Monica Barley.

Ajoutons à cela que le nouveau premier ministre désigné s’est souvent dissocié du gouvernement Alward, dont il a pourtant été le ministre des Finances. Voudra-t-il nommer plusieurs vétérans de ce Cabinet, comme M. Flemming ou l’ancien chef par intérim Bruce Fitch? Ou estime-t-il qu’une cassure plus nette est essentielle pour lui permettre de mener à bien de son agenda?

Certaines choses sont toutefois plus claires à nos yeux.

D’abord, la nomination d’un député de l’Alliance des gens au sein du Cabinet serait inacceptable. Ce serait vu comme une attaque contre les francophones. Nous ne pourrions tolérer une coalition avec ce parti.

Cette situation, cela dit, est peu probable, l’Alliance des gens ayant déjà annoncé qu’elle préférait accorder son appui «un vote à la fois», tout en votant avec le gouvernement sur les votes de confiance pendant une période allant jusqu’à 18 mois.

Le dossier Robert Gauvin sera particulièrement intéressant à suivre.

Son curriculum vitae le prédisposerait normalement à un ministère à caractère plus social, avec des responsabilités comme la Culture, le Tourisme, la Francophonie, etc. De même, par son lieu de résidence, un poste comme celui des Pêches et de l’Aquaculture ne serait pas surprenant.

Mais en tant que seul député acadien, il est important qu’il occupe un rôle où son impact pour la communauté qu’il représente sera maximisé. Nous le verrions bien à l’Éducation. La plupart des députés du PC ainsi que le chef lui-même ont montré par le passé une incompréhension de la dualité du ministère et du rôle crucial que joue le secteur francophone dans la vitalité de l’Acadie.

Avec des décisions controversées qui seront bientôt prises concernant le rôle du gouvernement dans les fermetures d’écoles ainsi que la langue de transport dans les autobus scolaires, Blaine Higgs pourrait rassurer quelque peu les Acadiens sur ses intentions en nommant M. Gauvin à cet endroit.

À l’inverse, il doit se tenir loin de Jake Stewart. En tant que rare député du Nord et seul survivant de l’Alliance des gens à Miramichi, il devrait normalement être assuré de son siège au Cabinet. Mais il s’est fait une réputation en tant qu’opposant aussi féroce que les alliancistes eux-mêmes aux droits des francophones.

Blaine Higgs ne s’est pas formalisé de cela par le passé, ayant même déjà nommé M. Stewart à titre de critique en éducation l’année dernière. Néanmoins, s’il devait offrir à ce dernier un emploi important au sein de la nouvelle administration, cela nous en dira très long sur ses intentions.

Parmi les autres personnes à surveiller, nous ne pouvons oublier Dominic Cardy. Parfaitement bilingue et ancien chef de Cabinet de Blaine Higgs, il obtiendra certainement un poste important et prestigieux comme la Santé ou l’Éducation.

Il faudra aussi surveiller si un député comme Greg Thompson (du haut de ses 71 ans), associé à la branche progressiste du PC, trouvera une place avec les autres décideurs ou s’il sera tassé au profit d’une Andrea Anderson-Mason, vue dans la région de Saint-Jean comme étant une vedette montante.

La formation d’un Cabinet est la première occasion pour un premier ministre de donner une couleur et une direction à son gouvernement. Blaine Higgs doit utiliser cette occasion pour rassurer la population acadienne et non pour empirer ses inquiétudes.