L’arroseur arrosé et les nazis

Il y a quelques années, l’Acadie Nouvelle a publié un éditorial dans lequel nous avons invité des personnalités publiques acadiennes à y aller mollo avec l’utilisation du mot déportation.

C’était en 2012. Ottawa venait d’imposer une énième réforme de l’assurance emploi. Des milliers d’Acadiens s’envolaient vers les chantiers albertains afin d’y gagner leur croûte. Des intervenants, des travailleurs et des élus parlaient alors de nouvelle déportation, de deuxième déportation ou de déportation tranquille.

«Toute association ou comparaison est boiteuse et banalise cette tragédie», avait énoncé l’Acadie Nouvelle.

Ces jours-ci, avec l’arrivée de l’Alliance des gens et de sa rhétorique contre les acquis et les droits des francophones, le discours public met plutôt en valeur les nazis.

Le nouveau député du Parti vert, Kevin Arseneau, s’est intéressé à la législature au choix de mots du chef de l’Alliance des gens, Kris Austin.

Ce dernier répète souvent qu’il veut injecter du «gros bon sens» dans les politiques du gouvernement provincial. Chaque fois, comme par hasard, c’est en lien avec les dossiers linguistiques.

Le «bon sens» est une façon pour l’Alliance des gens de mettre un peu de vernis sur son message contre les «exigences linguistiques inutiles».

Le député Arseneau a évidemment compris cela depuis longtemps. Pour marquer son point, il a répété une citation attribuée au ministre de la propagande d’Adolf Hitler, Joseph Goebbels. Celui-ci avait déclaré que les mots peuvent être modelés jusqu’à ce qu’ils recouvrent les idées et se déguisent.

Kris Austin, qui en connaît un bout sur la provocation, a sauté sur l’occasion pour déchirer sa chemise. Il a soutenu être en état de choc et a laissé entendre que le député Arseneau est un radical.

Nous aurions aimé voir M. Austin dénoncer avec autant de vigueur ses candidats et membres de la direction de son parti qui, au cours des dernières années, ont multiplié, appuyé ou partagé des messages intolérants ou antisémites dans les médias sociaux.

À titre d’exemple, Stewart Manuel ne s’est pas gêné pour comparer le Parti libéral du N.-B. aux nazis. Non seulement Kris Austin n’a pas bronché, mais il a laissé M. Manuel être candidat sous la bannière de l’Alliance des gens! Il a obtenu plus de 2000 votes dans Carleton.

L’Alliance des gens n’a pas de leçons à donner à personne en ce qui a trait au radicalisme ou aux comparaisons douteuses. Elle est le cas typique de l’arroseur arrosé.

Néanmoins, ce n’est pas une raison d’adopter ce vocabulaire.

Kevin Arseneau n’a pas été aussi loin que Stewart Manuel. Il n’a pas traité Kris Austin et sa formation politique de nazis.

Il a voulu démontrer que le choix des mots est important. Que M. Austin se sert de stratégies éprouvées avant lui par des dictateurs monstrueux.

Le maire d’Edmundston, Cyrille Simard, est aussi tombé dans ce piège la semaine dernière. Il a rappelé que Adolf Hitler a été élu démocratiquement sur la base du gros bon sens. «Vous connaissez le reste de l’histoire», a-t-il écrit sur Twitter.

Tant M. Arseneau que M. Simard ont ensuite vu leurs propos être déformés par des gens de mauvaise foi qui ont immédiatement laissé entendre qu’ils comparent Kris Austin à Adolf Hitler.

Ce n’est pas le cas. Mais le mal est fait. Une pétition circule même dans le but de forcer le député Arseneau à démissionner.

Précisons que Kevin Arseneau n’a pas posé de geste répréhensible. Ni le maire Simard d’ailleurs. Ils n’ont pas à retirer leurs propos ni à s’excuser. Ils ont été nuancés dans leur choix de mots. Ce n’est pas comme s’ils s’amusaient à traiter de nazis ceux qui ne pensent pas comme eux.

Leurs propos ne sont pas comparables à ceux que l’on retrouve régulièrement sur des pages Facebook comme celle de l’Anglophone Rights Association of New Brunswick, qui hébergeait en 2015 une photo truquée de la commissaire aux langues officielles d’alors, Katherine d’Entremont, habillée en uniforme nazi.

Ils n’ont rien à voir non plus avec Claire Dykeman, qui a comparé récemment le drapeau acadien avec celui du groupe terroriste Daech alors qu’elle faisait partie de la direction de l’Alliance.

Soyons toutefois meilleurs que ces extrémistes.

La dictature hitlérienne est responsable du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, qui a causé la mort de dizaines de millions de personnes. Elle a mis en place la Solution finale, soit une stratégie visant à assassiner la population juive.

Personne n’a prétendu que Kris Austin est ce genre d’homme. Mais par respect pour toutes les victimes du nazisme, n’utilisons pas dans le discours public de références même subtiles à ces événements ni à ce qui a mené à ceux-ci.

Il existe d’autres façons de condamner l’Alliance des gens.