Une nouvelle aube

Si mon propos de l’an dernier s’intitulait «Le crépuscule», c’est avec optimisme que j’entrevoie l’année qui s’en vient. Tout d’abord, 2019 marquera le 35e anniversaire de notre quotidien. Je me permets également de vous signaler que votre journal, depuis 2017, a dépassé en longévité la parution quotidienne de l’Évangéline (12 septembre 1949 au 27 septembre 1982).

La confiance que j’exprime dans l’avenir de notre journal s’explique d’une part par la réponse positive reçue du gouvernement fédéral devant les cris d’alarme lancés par l’ensemble des médias francophones en milieu minoritaire.

À ce sujet, permettez-moi de souligner l’appui de nos représentants fédéraux francophones du Nouveau-Brunswick, notamment les sénateurs Percy Mockler et René Cormier qui, dès nos premières demandes, ont saisi l’urgence et se sont empressés de nous offrir leur collaboration.

D’autre part, personne ne contestera que la Francophonie canadienne soit l’objet depuis les derniers mois d’attaques qui menacent des droits chèrement acquis depuis plus d’un demi-siècle.

L’onde de choc provoqué par le tout nouveau gouvernement Ford en Ontario et ce curieux mariage entre le parti de Blaine Higgs et l’Alliance de Kris Austin ces derniers mois, n’affichant aucun respect pour le pacte social et politique établi entre les deux communautés linguistiques de notre province, nous inquiète. Plus la menace est grande, c’est au peuple tout entier d’établir ses lignes de défense qui ne sauront se faire sans une mobilisation d’envergure. C’est précisément dans ce contexte que votre quotidien l’Acadie Nouvelle saura vous informer des enjeux et des risques rattachés à la précarité de la situation politique et du rôle que devront jouer tous les acteurs de la communauté.

L’urgence du moment en appel à une solidarité encore plus forte que jamais. Le fardeau de cette lourde tâche ne doit pas seulement être porté par nos femmes et hommes politiques, mais également par tous ceux et celles qui se réclament de la communauté acadienne et francophone de la province. Que vous soyez artiste, commerçant, universitaire, journalier, retraité ou étudiant, vous êtes appelé à faire votre part pour maintenir nos acquis et offrir aux prochaines générations ce que ceux qui nous ont précédés nous ont légué. Dans ce contexte, l’information s’avère essentielle pour mesurer à la fois les gestes des décideurs et leurs conséquences, aussi bien que les réponses de la communauté.

Votre journal sera plus que jamais à l’affût des actions de la classe politique et des mouvements associatifs qui nous représentent. Il poursuivra également une couverture quotidienne des événements qui se déroulent dans nos régions, dans nos villes et nos villages. Vous pourrez toujours y lire les performances de votre équipe sportive favorite, les réactions du public à l’égard de la création artistique, tout en étant tenu informé des travaux de vos conseils municipaux et autres organismes régionaux.

C’est sans gêne que je permets d’écrire que la force de notre journal repose sur la diversité des opinions publiées. Que ce soit par la plume de nos chroniqueurs, ou encore par vous-même lecteurs et lectrices, tous et toutes expriment à leur façon les différentes opinions de la communauté.

Depuis ses origines, la presse indépendante acadienne a connu des moments difficiles, mais continue de jouer son rôle, d’abord en défendant les intérêts de la communauté, en plus de divertir et d’informer. Alors, abonnez-vous! Que l’année 2019 en soit une de prospérité.

Clarence LeBreton
Président du conseil d’administration