Tenir le coup

En cette année qui s’achève, marquée par le 35e anniversaire de l’Acadie Nouvelle, permettez-moi de remercier tous ceux et celles qui nous ont appuyés, et qui continuent de lire quotidiennement le journal que l’on vous propose. Malgré ces temps difficiles, vous êtes plus de 60 000 personnes qui, chaque jour, s’y informent de ce qui se passe ici et ailleurs. À ce jour, la circulation du journal se chiffre par la diffusion de 18 000 exemplaires, dont 8450 par voie numérique. À ces chiffres s’ajoutent 45 000 amis Facebook, faisant de ce portail le site francophone d’information le plus important de l’est du pays.

L’année 2020 en sera une des plus captivantes dans le monde de l’information au Canada étant donné que nous sommes dirigés, au fédéral comme au provincial, par des gouvernements minoritaires. Cette situation particulière sera des plus intéressantes pour la population et particulièrement pour les médias qui devront transmettre à leurs lecteurs les décisions de ces gouvernements et leurs impacts sur les citoyens. Tant à Ottawa qu’à Fredericton, des dossiers tels que la question linguistique, l’environnement et le développement économique – surtout en région – recevront une attention toute particulière de notre journal. À ces dossiers, s’ajouteront sans aucun doute la question de la fiscalité municipale, de la gouvernance locale et, bien sûr, les élections municipales, qui se tiendront en mai prochain.

Souvenez-vous, mes messages antérieurs reflétaient un certain pessimisme, devant la baisse inquiétante de nos revenus publicitaires, surtout ceux provenant de nos gouvernements. Devant cet état de fait, nous avons à maintes occasions signalé aux autorités concernées l’importance d’annoncer leurs programmes et leurs services dans notre quotidien. Nous devons reconnaître que les gouvernements ont timidement répondu à nos appels, mais nous sommes toujours en attente des programmes d’aide aux journaux en milieu minoritaire, promis avec force depuis deux ans.

Vous aurez appris au cours des derniers mois que des journaux aussi prestigieux que Le Soleil de Québec et Le Droit d’Ottawa, faisant partie avec quatre autres journaux du Groupe Capitales Médias, vivent également des moments difficiles. La réalité de la presse écrite au Canada fait en sorte que nous devons chaque jour améliorer notre produit, que ce soit par la publication de dossiers d’enquête et de reportages exclusifs, ou encore par la conception de cahiers thématiques faisant la promotion de sujets aussi variés que le monde municipal, les organismes à but non lucratif, les diverses associations, sans oublier le monde des affaires. À ce chapitre, nous connaissons un franc succès avec notre outil de vente en ligne AN Boutique, qui attire de plus en plus de clients intéressés par notre offre de produits et services présents dans l’ensemble de la province.

Forte de ces modestes succès, l’équipe du journal est constamment à l’affût de nouvelles stratégies lui permettant de maintenir un niveau de revenu essentiel à sa santé financière et à sa viabilité à long terme.

Nous avons une équipe compétente, déterminée et engagée. Ce qui me rappelle une expression jadis employée par nos aïeux dans les moments difficiles: «Ça harse, mais on t’chin le coup».

Bonne année à tous!