Le devoir de l’opposition

En annulant la fermeture la nuit des salles d’urgence de six hôpitaux situés en milieu rural, Blaine Higgs a écarté la possibilité de dissoudre son gouvernement et de déclencher des élections. Il a du même coup remis son avenir politique entre les mains des députés de l’opposition.

Le gouvernement Higgs déposera le 10 mars son budget provincial. Le Parti libéral avait fait connaître son intention de présenter dans les jours suivants une motion de censure visant à faire tomber le gouvernement.

Celle-ci avait déjà reçu l’appui des trois élus du Parti vert et du député indépendant Robert Gauvin. La People’s Alliance a aussi envoyé des signaux qui laissaient croire qu’elle pourrait votre contre le gouvernement.

La volte-face du premier ministre a rendu cette motion caduque, puisque celle-ci devait être présentée afin de bloquer la mise en oeuvre de ladite réforme.

Les problèmes ne font que commencer pour Blaine Higgs. Il doit encore faire adopter son budget. Ce n’est pas gagné.

Il peut toutefois se consoler en sachant qu’il n’est pas le seul à jouer gros dans cette histoire. Le chef libéral Kevin Vickers, le chef du Parti vert David Coon, le chef allianciste Kris Austin et le député Robert Gauvin seront tous jugés selon leurs actions.

Nous croyons que les députés ne peuvent pas agir comme si la dernière semaine n’avait pas eu lieu.

Ils ne peuvent pas voter sur le budget en faisant abstraction des événements des derniers jours.

Le budget doit être jugé pour ce qu’il est, pour son contenu, mais aussi dans le contexte de la crise qui frappe le gouvernement.

En termes plus clairs, les députés ne vont pas seulement adopter ou rejeter un budget provincial. Ils doivent aussi déterminer s’ils ont encore confiance en la vision de l’administration qui présentera celui-ci.

Voter pour le budget, c’est aussi voter pour le gouvernement qui a appuyé, puis renié la fermeture partielle des urgences de six petits hôpitaux. Les deux dossiers ne doivent pas être jugés séparément.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour les principaux intéressés?

Le Parti libéral ne peut pas se contenter de s’opposer au budget qui sera présenté par le ministre des Finances, Ernie Steeves. Il devra aussi demander au président de la législature, Daniel Guitard, de quitter son poste et de rejoindre le caucus libéral.

Cela forcera le gouvernement Higgs à demander à un progressiste-conservateur de remplacer M. Guitard, ce qui lui enlèvera une voix précieuse.

Les intentions du député Robert Gauvin sont par ailleurs connues. Il votera aussi contre le budget. Cela montre une continuité dans sa pensée. S’il considère la réforme de la santé comme étant «une attaque contre la ruralité» et qu’il a perdu confiance en le premier ministre Higgs, nous ne voyons pas comment il pourrait ensuite voter afin de le maintenir au pouvoir.

Du côté de la People’s Alliance, c’est moins clair. Le chef Kris Austin affirme que sa confiance à l’égard du gouvernement est ébranlée. Ce n’est néanmoins pas la première fois qu’il se distance des progressistes-conservateurs. Chaque fois, il a fini par plier et voter avec eux.

Il reste le Parti vert, qui se retrouvera avec la balance du pouvoir.

Ceux-ci sont dans une position particulière. Ils ont été royalement ignorés par le gouvernement Higgs depuis 16 mois, lequel n’en avait que pour la People’s Alliance. Voilà qu’il se dit pour la première fois prêt à entendre les idées des verts.

À cela s’ajoute le fait qu’il n’y a pas de ligne de parti au sein de cette formation. Le député Kevin Arseneau a savoir qu’il rejettera le budget. Le chef David Coon est toutefois en réflexion. Son vote sera déterminant.

Insistons sur un point important. L’Acadie Nouvelle ne réclame pas la chute du gouvernement (ni son maintien d’ailleurs). Ce sont aux hommes et aux femmes politiques de démontrer leurs convictions.

Nous croyons toutefois qu’un vote pour le budget représente aussi un vote pour le gouvernement et sa réforme des hôpitaux.

Nous n’accepterons pas que David Coon ou quiconque sépare les deux enjeux comme s’ils n’étaient pas liés.

Si M. Coon permet l’adoption du budget, il enverra aussi un message à toute la population, soit qu’il a confiance au gouvernement pour mener à bien la ronde de consultations à venir sur la santé.

Le premier ministre Higgs a reculé parce qu’il craint de perdre le pouvoir. Pas parce qu’il croit aux vertus de maintenir des services d’urgences 24h par jour en milieu rural.

Les députés qui voteront pour le budget appuieront dans les faits l’action du premier ministre et la réforme de la santé qu’il souhaite faire adopter.