Pas d’excuses, mais une leçon à retenir

Le docteur Jean Robert Ngola risque d’attendre longtemps. Les chances que le premier ministre Blaine Higgs s’excuse auprès de lui sont les mêmes que celles qu’il nomme un porte-parole francophone pour s’adresser aux Acadiens dans leur langue: nulles. Cela ne signifie toutefois pas qu’il n’y a aucune leçon à tirer de cette controverse.

Jean Robert Ngola est ce médecin qui est montré du doigt depuis deux semaines en raison de son rôle présumé dans l’éclosion de COVID-19 qui frappe le Resti­gouche.

M. Ngola s’est rendu récemment dans la région de Montréal afin d’aller chercher sa fille et de la ramener au Nouveau-Brunswick. À son retour, il ne s’est pas mis en quarantaine et a continué de voir des patients. Des dizaines de personnes ont depuis été atteintes de la COVID-19, la majorité dans un foyer de soins d’Atholville. Une personne est décédée.

La Santé publique a depuis ordonné que le Restigouche soit dans la phase orange, alors que le reste de la province est passé en phase jaune. Une grande partie de la frustration de la population s’est tournée vers le Dr Ngola, qui affirme avoir dû demander une protection policière après avoir fait l’objet de menaces et de propos racistes.

Dans une lettre de 14 pages obtenue par l’Acadie Nouvelle (il est possible de la lire sur notre site web), l’avocat du médecin, Me Joël Étienne, jette la majorité du blâme sur Blaine Higgs. Il l’accuse d’avoir invité ses partisans et la population à «exécuter le Dr Ngola sur les réseaux sociaux».

À ses yeux, le Dr Ngola, en tant que minorité visible, a été ciblé par M. Higgs «d’une manière que ses homologues non racialisés n’ont pas connue».

Le premier ministre a réagi en affirmant s’être contenté de partager des informations, comme il le fait chaque jour depuis le début de la pandémie.

Que penser de tout cela?

Passons rapidement sur les accusations de racisme. Il est vrai que Blaine Higgs n’est pas particulièrement sensible à la cause des minorités.

Il a tenté depuis son arrivée au pouvoir d’enlever des droits aux Acadiens. Il a toujours trouvé des excuses pour ne pas participer au défilé de la fierté gaie de Moncton (contrairement à son prédécesseur Brian Gallant). Il est le seul premier ministre au Canada à avoir tenté de bloquer l’accès aux travailleurs étrangers temporaires sur son territoire. Il préférerait passer une journée chez son dentiste que de lancer une enquête indépendante portant sur le racisme systémique à l’endroit des Autochtones, à la suite de la mort de Chantel Moore, abattue par un policier à Edmundston lors d’une intervention visant à vérifier si elle ses portait bien.

Il y a cependant un gouffre à franchir pour ensuite déduire que M. Higgs est raciste ou qu’il a traité différemment le Dr Ngola des autres personnes infectées par le coronavirus en raison de la couleur de sa peau.

Rien ne démontre que c’est le cas.

Par contre, il est vrai que Blaine Higgs a jeté de l’huile sur le feu, le 27 mai, jour où les actions du médecin ont été rendues publiques par la Santé publique.

Il avait soutenu que la zone 5 est à haut risque «à cause des actions irresponsables d’une seule personne». Il avait ajouté qu’un professionnel de la santé «n’a pas été honnête sur la raison de son déplacement».

Il n’a jamais nommé le Dr Ngola ni même dit qu’il s’agissait d’un médecin. Mais le Nouveau-Brunswick est une petite province et le Restigouche, une région peu populeuse. En donnant autant de détails et en partageant ainsi sa colère, il était évident que la chasse aux sorcières allait commencer.

Cela dit, il est impossible de dire si le premier ministre a dépassé les bornes.

Nous ne connaissons pas toute l’histoire. Nous ne savons pas si Jean Robert Ngola a réellement menti sur les raisons de son déplacement et s’il a outrepassé des règles. Nous ne savons pas hors de tout doute s’il est bel et bien le patient zéro.

Néanmoins, ce médecin n’aurait pas dû se mettre dans cette position. Il aurait dû s’auto-isoler à son retour du Québec. Il ne l’a pas fait et c’est ça, bien plus que les propos d’un politicien, qui font qu’il est dans une situation délicate.

Quant à Blaine Higgs, cet épisode lui apprendra l’importance de maintenir une certaine retenue. En temps de pandémie, nous avons besoin plus que jamais d’un premier ministre inspirant et rassembleur.