Un N.-B. à la Higgs

Blaine Higgs a réclamé d’être porté à la tête d’un gouvernement majoritaire pour des raisons de stabilité et pour poursuivre le travail déjà accompli, notamment lors du dépôt de son plus récent budget. Ces mots cachent toutefois une autre réalité. Blaine Higgs s’apprête à apporter des changements importants et qui ne feront pas que des heureux.

En rencontre éditoriale avec l’Acadie Nouvelle, il y a deux semaines, M. Higgs a refusé de s’engager à terminer son mandat. Cela fait de lui un homme déterminé à implanter les réformes qu’il juge nécessaires, sans devoir se préoccuper de l’opposition qu’elles pourraient susciter ou de l’impact sur les chances de réélection de son gouvernement.

Contrairement à celui de 2018, le programme électoral 2020 du Parti progressiste-conservateur est un document relativement inutile, dans le sens qu’il ne contient à peu près rien sur les véritables intentions du premier ministre.

En analysant les diverses déclarations faites par M. Higgs et son équipe dans les derniers mois, il est toutefois possible de décoder une partie de ses intentions.

Éducation. Vous vous souvenez du livre vert du ministre Dominic Cardy, dans lequel il propose de regrouper les élèves de la maternelle à la 2e année dans un même environnement, avant d’éventuellement étendre la même mesure à tous les élèves du primaire, puis du secondaire?

Le dossier est tombé aux oubliettes en raison de la pandémie et a été ignoré pendant la campagne électorale. À peine celle-ci terminée, le ministre Cardy a toutefois révélé son intention de revenir à la charge.

M. Cardy avait aussi au début de l’année indiqué sa volonté de réformer l’inclusion scolaire pour les élèves à besoins spéciaux. Il faudra s’attendre à du mouvement de ce côté.

Affaires municipales. Ce sera le grand chantier de Blaine Higgs et l’héritage politique qu’il entend léguer.

Lors du Grand rendez-vous des chefs de Radio-Canada Acadie et de l’Acadie Nouvelle, M. Higgs a plusieurs fois insisté sur le fait que les régions devaient être plus autonomes de Fredericton. Il a énoncé des variantes de cette réponse à des questions sur la taxation, sur le rattrapage Nord-Sud, sur la création d’emplois et même sur la santé.

En apparence, l’idée est séduisante.

Il y a toutefois un grand danger. Blaine Higgs pourrait profiter de sa réforme municipale pour déchirer les fondements du programme Chances égales pour tous, de l’ancien premier ministre Louis J. Robichaud.

Présentement, l’argent des taxes foncières est redistribué à travers la province et au gouvernement provincial. C’est ce qui permet aux plus petites municipalités d’offrir des services de qualité.

M. Higgs semble privilégier un modèle où les municipalités conserveraient une plus grande part des revenus générés par leur assiette fiscale, avec moins d’aide financière de Fredericton. Cette réforme favoriserait les municipalités en croissance au détriment – vous l’avez deviné – des régions rurales.

Carte électorale. La loi exige que la carte électorale soit révisée d’ici 2022.

Dans une déclaration qui a fait beaucoup réagir en janvier, Blaine Higgs avait déclaré qu’il y a trop de députés à l’Assemblée législative et que leur grand nombre est un «obstacle» à «supprimer».

Lors de la révision de 2012, le gouvernement Alward a fait passer le nombre de députés de 55 à 49. Le premier ministre Higgs pourrait imposer une réduction plus draconienne.

Langues officielles. La Loi sur les langues officielles du N.-B. doit être révisée d’ici le 31 décembre 2021.

Quelles sont les intentions du gouvernement? Personne ne le sait… y compris Blaine Higgs! Dans sa rencontre éditoriale avec l’Acadie Nouvelle, il a fait preuve d’une ignorance stupéfiante par rapport au contenu de la loi. Il a été incapable de dire ce qu’il voulait améliorer ou modifier dans celle-ci, ni même quel est le processus qui devra être suivi pour y arriver.

Il s’est contenté de répéter qu’il n’est pas normal que le système d’éducation ne parvienne pas à rendre bilingue un plus grand nombre d’élèves. Rappelons que la Loi sur les langues officielles du N.-B. ne couvre pas l’éducation ou l’immersion française…

Santé. Blaine Higgs a été clair. Il ne fermera pas d’hôpitaux ni les services d’urgence.

Pour le reste, ses intentions sont inconnues. S’il s’est engagé à ne pas mettre en place une grande réforme de la santé, il reconnaît toutefois que les problèmes sont nombreux et que des décisions difficiles devront être prises.

Lesquelles? C’est l’une des nombreuses questions auxquelles M. Higgs a refusé de répondre pendant la campagne électorale.

Cette administration ne restera pas les bras croisés. Blaine Higgs n’a que quelques années devant lui pour transformer le gouvernement à sa guise. Il sait exactement ce qu’il veut accomplir. Toutes les manifestations du monde ne le feront pas dévier de son but.