Mieux vaut tard que… beaucoup plus tard

Dans un océan de mauvaises nouvelles pandémiques, nous pouvons nous réjouir quand un peu de positif égaie l’actualité. C’est le cas cette semaine, alors que la Santé publique a annoncé que le Madawaska n’est plus en confinement et passe directement en phase orange. En prime, le jour de scrutin municipal ne sera finalement retardé que de deux semaines dans ce secteur.

C’est une bonne nouvelle, en particulier à Edmundston, principale ville de la région, où deux bons candidats s’affrontent afin de succéder au populaire Cyrille Simard. Le choix des électeurs est attendu avec impatience.

Cette annonce a aussi un impact sur le reste de la province. La date du scrutin reste la même, soit le 10 mai. Par contre, la communication des résultats pour l’ensemble du Nouveau-Brunswick n’aura lieu qu’après la fermeture des bureaux de scrutin au Madawaska, le 25 mai à 20h.

Tous en conviendront, attendre deux semaines après le vote n’est pas l’idéal. Nous avons exprimé en éditorial le fait qu’Élections NB devait trouver une façon de pouvoir dévoiler tous les résultats le soir même du 10 mai, à l’exception bien sûr de ceux du Madawaska.

Notre principale préoccupation était qu’il n’y avait aucune garantie que la région d’Edmundston sortirait de sitôt de l’état de confinement dans laquelle elle était plongée depuis une quinzaine de jours. Il existe aussi toujours la possibilité que d’autres communautés tombent en confinement d’ici la mi-mai.

Bref, il y avait un réel danger que de nombreux mois s’écoulent avant que les citoyens du Madawaska puissent voter et que les résultats provinciaux soient enfin connus. Ce danger existe toujours, mais il semble aujourd’hui moins imminent.

Il reste maintenant à faire voter la population de façon sécuritaire, ce qui est plus facile à dire qu’à faire en temps de pandémie. L’expérience de Terre-Neuve-et-Labrador, où des éclosions ont fait dérailler la campagne électorale ce printemps, nous rappelle qu’un cauchemar est possible.

Il est toutefois peu probable que ce scénario se répète dans les prochaines semaines.

Des élections municipales ont peu en commun avec un scrutin provincial. Ici, pas de chef dans un autobus de campagne qui sillonne le territoire à la rencontre de ses militants. Dans la plupart des communautés, la campagne des candidats se résume à poster un dépliant aux électeurs, à planter quelques pancartes et à faire du porte-à-porte. Ils ne voyagent pas partout dans la province.

On ne parle pas ici d’événements super-propagateurs.

Par ailleurs, ce n’est pas le premier rodéo d’Élections NB.

L’organisme a organisé avec succès le rendez-vous électoral de septembre 2020. Tous les Néo-Brunswickois qui s’en sont donné la peine ont pu accomplir leur devoir d’électeur en sécurité. Aucun bureau de vote ne s’est transformé en foyer d’éclosion. Personne n’a témoigné avoir attrapé la COVID-19 en travaillant au bureau de scrutin ou en votant.

Élections NB a bien sûr beaucoup appris de ce qui était la première élection déclenchée en pandémie au Canada. Nous n’avons aucun doute qu’elle sera à nouveau en mesure de livrer la marchandise.

Dans ces circonstances, nous encourageons la population à voter en grand nombre, si bien sûr tous les candidats de votre communauté n’ont pas déjà été élus par acclamation.

Certains auront peut-être des craintes légitimes. Après tout, la majorité de la population néo-brunswickoise n’a toujours pas été vaccinée. La présence de nouveaux variants plus contagieux, plus virulents et qui s’attaquent aux personnes plus jeunes a aussi de quoi inquiéter.

À ceux-là, nous rappelons qu’Élections NB offre des solutions. Il est possible de voter par anticipation. Les bureaux de vote sont alors généralement moins courus que lors du jour officiel du scrutin.

Les bulletins de vote spéciaux sont de plus disponibles depuis le 19 avril. Vous pouvez donc vous rendre au bureau du directeur de scrutin de votre communauté afin d’obtenir immédiatement un bulletin de vote.

Élections NB a aussi pensé aux Néo-Brunswickois de retour d’une autre province et qui seront confinés dans les hôtels réservés par le gouvernement Higgs. Ils pourront voter par l’entremise du courrier livré à l’hôtel ou, en dernier recours, voter par téléphone. Quant aux travailleurs en isolement à la maison, ils pourront demander une trousse de vote au bureau de scrutin et se la faire livrer, puis retourner par un membre de la famille ou un ami.

Il faut voter. Même en pandémie.