C’est terminé! Une année après la date prévue, les Néo-Brunswickois ont enfin pu élire leurs conseils municipaux, leurs représentants au sein des régies de la santé et leurs conseillers scolaires. Il ne reste qu’une étape à accomplir, la plus importante: dévoiler les résultats rapidement, sans erreur et sans controverse.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rendues dans les différents bureaux de vote de la province, lundi. Cela s’est bien passé, comme à l’habitude. Ce n’est pas la première ni la dernière fois que des élections ont lieu dans notre province.

Il faut néanmoins souligner le fait que tout se soit déroulé sans anicroche. Nous sommes après tout en pandémie. Les élections municipales ont déjà été repoussées d’une année. Le scrutin dans les régions d’Edmundston et du Haut-Madawaska a été retardé de deux autres semaines.

Ce que nous venons tous ensemble d’accomplir n’est pas anodin. Cette campagne électorale, la deuxième au Nouveau-Brunswick avec la COVID-19, a été un succès. Tout comme lors des élections provinciales de septembre 2020, nous avons pu pour la plupart voter au moment prévu et en sécurité.

Saluons aussi tous ceux et toutes celles qui ont lancé leur chapeau dans l’arène politique en ces temps difficiles, et ce, alors qu’une importante réforme municipale risque de changer d’ici peu les règles du jeu.

Ils méritent nos félicitations. Il faut du courage et une bonne dose d’humilité pour mettre son nom sur un bulletin et remettre ainsi son sort entre les mains de ses concitoyens. Ils ont tout notre respect, tant les vainqueurs et les perdants, que ceux qui ont profité d’un raz-de-marée ou qui n’ont recueilli qu’une poignée d’appuis.

À noter qu’il y avait plus de candidats municipaux cette année qu’en 2016. Nous comptons aussi un peu moins de candidats à la mairie qu’il y a cinq ans, mais un plus grand nombre de courses (ce qui signifie moins de maires élus par acclamation).

Il y avait des luttes très intéressantes à suivre dans des communautés comme Edmundston, Campbellton, Moncton, Caraquet et Tracadie.

Bref, la démocratie municipale est en bonne santé. Elle n’a pas été étouffée par la pandémie.

On ne peut pas en dire tout à fait autant pour les élections des conseils scolaires et des régies de la santé. Dans leur cas, il n’existe pas de formules magiques. Elles ont historiquement toujours été moins courues. Ça n’a pas changé cette année.

Normalement, le journal que vous tenez présentement dans vos mains (ou que vous lisez électroniquement) contiendrait tous les résultats, y compris l’identité de votre maire et de vos conseillers municipaux.

Ce n’est pas le cas.

Les gens du Madawaska n’ont pas pu encore accomplir leur devoir de citoyen. Cela inclut des personnes d’ailleurs au Nouveau-Brunswick qui vivent dans le Nord-Ouest (des étudiants, des travailleurs, etc.).

Pour cette raison, le dévoilement de tous les résultats a été remis au 25 mai.

Il est évidemment hors de question de garder ces bulletins de vote dans les centaines de bureaux de scrutin éparpillés à travers la province. Élections NB a donc décidé de les rapatrier à Fredericton. C’est un accro à la méthode traditionnelle, où les voix sont comptabilisées là où les gens ont voté, en présence des candidats ou de leurs représentants.

Cette mesure ne fait pas l’affaire de tous. Certains craignent que sans la présence d’observateurs, l’intégrité du décompte soit menacée. Nous vivons dans un monde où les théories du complot prennent beaucoup de place. Élections NB en est consciente. C’est sans doute ce qui explique pourquoi elle est allée au-devant des coups en annonçant que les boîtes de scrutin seront filmées en permanence d’ici le jour du dépouillement.

Élections NB fait bien d’être prudente. La dernière chose dont le Nouveau-Brunswick a besoin est d’une remise en doute du processus électoral.

Rien n’est plus important que le dévoilement des résultats. La campagne électorale provinciale de 2014 a laissé une marque indélébile dans nos souvenirs, non pas parce que le vote s’est déroulé comme sur des roulettes, mais en raison du fiasco du vote électronique. Ce n’est que plusieurs heures plus tard qu’un gagnant (le libéral Brian Gallant avait défait premier ministre sortant progressiste-conservateur David Alward) avait été déclaré.

Ce n’est que dans deux semaines, quand tous les votes auront été comptabilisés et les résultats dévoilés, que Élections NB méritera une bonne tape dans le dos… ou une volée de bois vert.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle