Les plus récentes nouvelles sont bonnes dans notre lutte contre la COVID-19. Les gouvernements ont commencé à assouplir plusieurs restrictions. La plupart d’entre elles pourraient même tomber dans les prochaines semaines. Pourtant, il y a encore des nuages à l’horizon. Et cette fois, les gouvernements ne seront pas à blâmer.

Commençons d’abord par les bonnes nouvelles. Notre province a atteint deux cibles symboliques cette semaine. Plus de 80% des Néo-Brunswickois âgés de 12 ans et plus ont reçu une première dose d’un vaccin contre la COVID-19, alors que plus de 60% ont aussi été inoculé une deuxième fois.

Selon les données rendues publiques par le gouvernement provincial, cela signifie que plus de 560 000 citoyens sont partiellement ou complètement immunisés.

L’impact se fait déjà sentir. La Santé publique du N.-B. n’a déploré qu’un seul nouveau cas de COVID-19 au cours des cinq derniers jours. Il n’y a présentement que sept cas actifs. Personne n’est hospitalisé.

La situation n’est pas aussi rose ailleurs au Canada, mais s’est tout de même grandement améliorée, au point où le gouvernement fédéral a annoncé que les frontières seront rouvertes aux Américains pleinement vaccinés à compter du 9 août, puis au reste du monde dès le 7 septembre.

Ces nouvelles positives ont toutefois un effet pervers.

Elles procurent un faux sentiment de sécurité à la population. Cela a un effet sur le rythme de vaccination, qui a beaucoup ralenti au cours de la dernière semaine dans notre province.

Un peu comme George W. Bush avec sa bannière «Mission accomplie» après l’invasion de l’Irak, en 2003, de nombreux Néo-Brunswickois semblent voir l’accalmie des derniers jours comme étant la preuve que la COVID-19 a été vaincue, que la pandémie est terminée et qu’ils n’ont pas besoin de se donner la peine de se faire vacciner.

C’est frustrant.

Le gouvernement Higgs a annoncé le retour en phase verte – y compris la levée de toutes les restrictions – à compter de la fête du Nouveau-Brunswick (le 2 août cette année), mais seulement si 75% des citoyens éligibles se sont fait injecter leur deuxième dose.

Or, en raison du ralentissement actuel, la cible du 2 août ne sera sans doute pas respectée. Il faudra quelques jours ou même une semaine de plus avant que le chiffre magique soit atteint.

Ce n’est pas catastrophique. Mais c’est tout de même incompréhensible.

Nous avons critiqué en éditorial dans les derniers mois le gouvernement Higgs en raison des ratés initiaux de la campagne de vaccination. Il n’a toutefois aujourd’hui plus rien à se reprocher sur ce front.

Il y a des doses pour tout le monde. Le système est désormais bien rodé. Il est possible de se faire vacciner sans rendez-vous. Des cliniques mobiles se déplacent même dans les communautés. Vous pouvez littéralement vous décider à la dernière minute, vous rendre dans le stationnement d’un centre communautaire ou d’un aréna près de chez vous, puis vous faire immuniser en peu de temps.

L’objectif du gouvernement provincial est de lever les restrictions au début août. Mais dans les faits, celles-ci pourraient déjà avoir été levées depuis des semaines! Si nous sommes dans l’attente, c’est parce qu’encore trop de gens ne veulent pas prendre rendez-vous ou remettent le tout à plus tard.

Aux vaccino-hésitants, nous vous demandons ceci: n’êtes-vous pas fatigués des restrictions? N’avez-vous donc pas hâte d’aller faire votre épicerie sans porter le masque, de pouvoir sortir du Nouveau-Brunswick sans remplir un formulaire ou de gérer votre entreprise sans devoir respecter un plan d’opération pandémique approuvé par la Santé publique? Avez-vous déjà oublié l’impact des confinements survenus plus tôt cette année dans les zones les plus touchées par la COVID-19?

À ce point-ci, nous estimons que les gouvernements ont fait leur part. Ils peuvent organiser des loteries, comme c’est le cas notamment en Alberta et au Québec, afin d’inciter la population à se faire immuniser. Mais la vérité est qu’il y a des limites à tenir les gens par la main.

Nous sortirons de cette pandémie quand suffisamment de gens en auront assez des conséquences de la COVID-19 et agiront de façon responsable.

Il existe une possibilité bien réelle qu’avec la levée complète des restrictions, de nouvelles éclosions surviendront au Nouveau-Brunswick dans les prochains mois. C’est notre responsabilité à tous d’éviter ce scénario. Pour éviter que cela ne bouleverse encore une fois notre mode de vie, il n’existe qu’une seule solution viable: qu’encore plus de Néo-Brunswickois se fassent vacciner.

À nous d’agir.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle