Indécent. Il n’existe pas de meilleure façon de qualifier le fait que le gouvernement Higgs a préféré dégager de généreux surplus budgétaires en pleine pandémie, et ce, en restreignant ses dépenses et en détournant vers le remboursement de la dette les centaines de millions de dollars donnés par Ottawa qui devaient servir à mieux combattre la crise de la COVID-19.

Depuis son accession à la tête du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs a toujours été clair sur le fait que sa priorité est de redresser les finances publiques. Au milieu de la page frontispice de son programme électoral de 2018, en grosses lettres bleues, il était écrit que «Nous ne pouvons plus nous permettre quatre autres années de dépenses irresponsables» de la part du gouvernement libéral précédent, lequel était dirigé par Brian Gallant.

La COVID-19 est venue chambouler les plans. Le bureau du premier ministre a alors décrété à l’interne que la pandémie était devenue la priorité gouvernementale elle aussi, au même titre que les finances publiques.

Avec le dévoilement des états financiers de la dernière année fiscale et de la mise à jour du premier trimestre de l’année en cours, il est clair que le gouvernement s’est menti à lui-même. Pour le premier ministre et son équipe, l’équilibre budgétaire est plus important que tout.

Le gouvernement Higgs a réalisé au cours de la dernière un surplus de 408,5 millions $. Ça se poursuit cette année. Le ministre des Finances, Ernie Steeves, prévoit dans sa mise à jour un excédent de 38 millions $ à venir, et cela, même si un surplus de 157 millions $ a déjà été enregistré pour le premier trimestre qui a pris fin le 30 juin.

Aussi bien dire que le ministre Steeves nous prend pour des valises. Le prochain excédent devait se chiffrer lui aussi dans les centaines de millions de dollars. Le gouvernement provincial nage dans l’argent. Il ne veut simplement pas nous le dire.

La réaction du premier ministre Higgs est à ce sujet très révélatrice. Il aurait normalement dû révéler ses données budgétaires cet été. Or, il a repoussé le dévoilement de ces chiffres le plus longtemps possible. C’est seulement quand l’économiste Richard Saillant a sonné l’alarme à ce sujet, notamment dans nos pages, et que les journalistes ont commencé à poser des questions que le ministre Steeves n’a plus eu le choix d’enfin présenter sa mise à jour.

Nous comprenons pourquoi il a autant hésité à le faire.

Le gouvernement Higgs a réussi à dégager un surplus budgétaire aussi important en réduisant ses dépenses de 300 millions $ de même qu’en empochant 300 autres millions $ reçus du gouvernement fédéral qui étaient censés servir à aider la population à traverser les effets de la pandémie.

Blaine Higgs aurait pu utiliser cet argent pour financer une campagne publicitaire digne de ce nom pour convaincre la population de se faire vacciner. Il aurait pu offrir des primes d’incitation à la vaccination aux infirmières et aux employés des foyers de soins, comme le fait le Québec ou encore financer des congés payés pour tous les Néo-Brunswickois qui n’y ont pas droit et qui doivent se mettre en isolement.

Il aurait pu appuyer l’économie des régions francophones du Nord plus durement touchées par la fermeture des frontières ou encore mettre en place un plan d’aide à l’industrie touristique plus généreux. Ou encore, faire installer des systèmes d’air conditionné dans les écoles (l’utilisation de ventilateurs portables ou de plafonds est maintenant interdite dans ces établissements en raison du risque de propagation de la COVID-19).

Nous ne parlons pas ici de dépenses récurrentes qui auraient ramené la province sur la voix de déficits structurels. Fredericton a reçu des centaines de millions de dollars en fonds fédéraux qui auraient dû servir à bonifier sa réponse face à cette crise. Il a préféré mettre cet argent à la banque.

Aucune autre province au Canada n’a moins fait que le Nouveau-Brunswick pour aider sa population pendant cette crise sanitaire. Aucune. Nous savons maintenant que ce n’est pas faute d’en avoir les moyens.

Le gouvernement Higgs a réalisé son surplus budgétaire sur le dos des Néo-Brunswickois. Il a même profité de la COVID-19 pour remplir ses coffres. Une pandémie qui a fait 91 victimes au N.-B., y compris 32 ce mois-ci.

L’Histoire ne sera pas tendre pour cette administration.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle