La semaine a bien commencé pour les parents, qui ont appris que les frais de garde d’enfants d’âge préscolaire diminueront de moitié à compter du 1er juin. Cela surviendra environ six mois plus tôt que ce qui était prévu. Nous saluons cette initiative du gouvernement Higgs.

Ottawa et Fredericton ont signé en décembre un accord qui aura pour conséquence de réduire les frais de garde jusqu’à ce qu’ils atteignent 10$ par jour d’ici 2026. Les deux gouvernements prévoyaient que la première réduction aurait lieu vers la fin de l’année. Elle surviendra finalement beaucoup plus rapidement que prévu.

Le ministre Dominic Cardy a souligné que c’est la «gestion responsable des finances provinciales» par le gouvernement qui a permis de réduire les frais de garde dès juin. C’est de bonne guerre.

En effet, le premier ministre Blaine Higgs a été victime de nombreuses critiques, y compris dans les éditoriaux de l’Acadie Nouvelle, pour avoir dégagé d’importants surplus budgétaires et choisi de les utiliser pour rembourser la dette provinciale plutôt que d’appuyer davantage les secteurs de l’économie et les personnes victimes de la pandémie.

Voilà qu’il décide désormais d’utiliser une partie de ceux-ci pour non seulement appuyer financièrement les parents, mais aussi de le faire le plus tôt possible. Nous ne pouvons qu’applaudir cette décision.

Il s’agit d’un revirement de situation majeur pour ce gouvernement.

Il y a un an de cela, Blaine Higgs avait mal accueilli la volonté de son homologue fédéral, Justin Trudeau, de mettre en place un programme national de garderie à 10$ par jour semblable à celui déjà existant au Québec.

Il avait soutenu que cet engagement, annoncé dans le budget fédéral, visait surtout à acheter des votes auprès des parents des grands centres, où les frais de garde sont plus élevés.

Contrairement à ceux d’autres provinces, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a d’abord refusé d’entreprendre des négociations avec le fédéral.

Ce n’est qu’après que les libéraux aient été reporté au pouvoir en septembre 2021 que Blaine Higgs a confirmé vouloir et surtout pouvoir conclure une entente qui permettrait à notre province d’obtenir sa part des quelque 30 milliards $ sur cinq ans promis par les libéraux fédéraux. À ce moment-là, seuls l’Ontario, l’Alberta et le Nouveau-Brunswick n’avaient pas encore emboîté le pas.

M. Higgs se donnait six mois pour négocier un terrain d’entente. Il lui en aura finalement fallu trois pour y arriver. Ce n’était pas trop tôt. Les services de garde sont peut-être moins dispendieux à Edmundston, à Tracadie ou à Dieppe qu’à Toronto ou à Vancouver. Mais ils ne sont pas donnés.

Dépendant de l’âge de votre petit chérubin, il faut compter de 30$ à 40$ par jour pour lui assurer une place dans une garderie enregistrée, y compris les journées où il n’est pas présent. Cela représente l’équivalent d’un loyer ou d’un paiement hypothécaire supplémentaire par mois par enfant.

À cela s’ajoute un autre problème: le manque d’accès. L’offre n’arrive pas à suffire à la demande, en particulier (mais pas uniquement) pour les enfants âgés de moins de 2 ans. Plusieurs garderies ont de longues listes d’attente. L’entente Ottawa-Fredericton prévoit à ce sujet l’ajout de 5700 places d’ici 2026.

Les besoins sont criants et nombreux. Il aurait été inacceptable que le gouvernement Higgs continue de priver le N.-B. de cet argent pour des raisons idéologiques, et ce, au détriment des parents et de leurs jeunes enfants.

Ce n’est heureusement pas le cas. Et voilà que non seulement Fredericton a signé l’accord sur les garderies à 10$, mais appuie aussi sur l’accélérateur. Il s’agit d’une nouvelle très positive qui aura un impact direct sur le portefeuille des familles néo-brunswickoises.

En nous fiant à l’expérience québécoise, nous pouvons aussi prévoir que cela encouragera de nombreuses personnes, en particulier les femmes, à retourner sur le marché du travail.

Nous encourageons le gouvernement Higgs à poursuivre dans cette voie de collaboration avec le gouvernement Trudeau.

Le plus récent budget de la ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, prévoit 5,3 milliards $ pour la création d’une assurance dentaire qui profitera d’abord aux enfants âgés de moins de 12 ans et aux familles plus démunies.

Le Nouveau-Brunswick doit obtenir rapidement accès à sa part des fonds fédéraux pour ce nouveau programme comme il a fini par se résoudre à le faire pour les garderies à 10$.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle