Les députés provinciaux sont de retour à l’Assemblée législative. Si les derniers jours sont annonciateurs des mois à venir, nous n’avons pas fini d’entendre parler d’inflation, du coût de la vie, de la crise du logement et surtout du prix de l’essence.

Le rôle de l’opposition est de présenter une solution de rechange crédible au parti au pouvoir et de rendre celui-ci redevable de ses actions. Une stratégie éprouvée pour réaliser ces objectifs consiste à critiquer le gouvernement là où il est le plus faible et le plus vulnérable afin de le déstabiliser. C’est vrai autant à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick que dans les autres législatures provinciales et au Parlement.

Partout au Canada, le coût du prix de l’essence et l’inflation font office de cheval de bataille. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Cela touche directement le portefeuille des gens. Les gouvernements n’ont pas de solution simple pour régler le problème, ce qui les fait mal paraître.

On le voit à Ottawa, où les conservateurs, sous l’impulsion du candidat à la direction du parti, Pierre Poilievre, parle chaque jour de «JustInflation», une contraction du prénom du premier ministre Justin Trudeau et du mot inflation. Il laisse ainsi sous-entendre que celui-ci est le grand responsable de nos maux.

À Fredericton, personne ne parle de «BlaineFlation». Tant les libéraux que les verts ne se gênent cependant pas pour dénoncer ce qu’ils considèrent être l’inaction d’un premier ministre qui semble à court d’idées pour résoudre ce qui s’annonce pourtant comme étant le principal enjeu de la deuxième moitié de son mandat.

Le premier réflexe de M. Higgs a encore une fois été de dénoncer le gouvernement Trudeau. Il a blâmé ses politiques environnementales pour la hausse du prix de l’essence et lui a demandé d’abandonner sa taxe sur le carbone afin d’accorder un répit aux automobilistes.

Cela dit, le gouvernement Higgs devra éventuellement cesser de montrer du doigt les libéraux et plutôt nous dire ce qu’il entend faire pour aider les Néo-Brunswickois.

C’est lui qui a le pouvoir d’agir. C’est lui qui est aux commandes depuis quatre ans. C’est lui qui dispose d’une majorité confortable qui lui donne une grande liberté d’action. Pas l’opposition libérale.

Jusqu’à tout récemment, Blaine Higgs chantait les louanges du libre marché, en particulier en ce qui a trait à la hausse du prix des loyers. Sa stratégie pour combattre les effets de l’inflation s’est surtout résumée à annoncer dans le plus récent budget provincial une diminution d’impôt pour tous les Néo-Brunswickois de même qu’une augmentation du salaire minimum annuel en dessous duquel les personnes à faible revenu ne seront pas imposées.

Des mesures intéressantes, mais qui ne constituent pas un plan contre l’inflation.

Peut-être en raison de la grogne dans l’opinion publique, M. Higgs a confié cette semaine vouloir aider les consommateurs à encaisser le choc du prix de l’essence (il vient d’atteindre les 2$ le litre). Comment s’y prendra-t-il? Ce n’est pas clair. Quand agira-t-il? Nous l’ignorons.

Il veut d’abord vérifier si les revenus que la province tire de sa part de la Taxe de vente harmonisée seront à la hausse. Ces données ne devraient être disponibles que dans quelques mois. Si M. Higgs estime que son gouvernement a les moyens d’intervenir, il le fera, possiblement en investissant dans le logement social ou en aidant financièrement et plus directement les familles moins fortunées.

Tout cela sent l’improvisation à plein nez, un peu comme si l’administration en place dans la capitale n’avait pas la moindre idée quoi faire (outre blâmer Ottawa) et qu’en attendant de décider la suite des choses, elle lance des idées pour voir ce qui colle.

Le gouvernement Higgs est condamné à faire mieux.

S’il ne dispose pas de baguette magique pour ramener les prix à un niveau acceptable, il ne peut pas se contenter non plus de garder les bras croisés. Les problèmes liés à l’inflation, au prix de l’essence et au logement ne vont pas disparaître de sitôt. Il est temps pour Fredericton de présenter un plan sérieux et crédible.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle