Les yeux rivés sur le Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick pourrait jouer un grand rôle lundi soir dans l’issue du scrutin fédéral, alors que plusieurs luttes serrées se déroulent dans les dix circonscriptions en jeu.

À la dissolution de la Chambre, le Parti libéral détenait les 32 sièges dans la région atlantique. On peut déjà assumer que cela ne sera pas le cas mardi matin.

C’est au Nouveau-Brunswick où le portrait pourrait le plus changer. Les conservateurs sont confiants d’y remporter quelques victoires, surtout dans le sud de la province, où les circonscriptions de Fundy Royal et Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest sont chaudement disputées. Ils misent aussi sur Miramichi, Fredericton et Tobique-Mactaquac.

Mais bien que le Parti conservateur compte sur une base solide dans la province (avant d’être balayé par les libéraux en 2015, il détenait 8 des 10 circonscriptions), les sondages donnent l’avance au Parti libéral dans les intentions de vote.

Fait plutôt rare, deux députés libéraux n’ont pu mener à terme leur campagne.

Dans Acadie-Bathurst, le député sortant, Serge Cormier, semblait filer vers une victoire sans partage, mais l’arrivée tardive de Daniel Thériault, le «candidat vedette» du NPD, comme l’avait présenté le chef néo-démocrate Jagmeet Singh, est venu lui compliquer la tâche. La semaine dernière, des ennuis de santé l’ont obligé à mettre fin prématurément à ses activités.

Dans Beauséjour, le député sortant, Dominic LeBlanc, a dû lui aussi faire l’impasse sur la campagne électorale en raison de la maladie. L’ancien premier ministre Jean Chrétien était d’ailleurs dans la région au cours des derniers jours pour encourager les troupes. Les libéraux ne sont quand même pas inquiets, ils avaient remporté la victoire dans cette circonscription avec 70% des votes en 2015.

Les chefs de parti, flairant la volatilité de l’électorat, ont effectué quelques passages dans la province dans les dernières semaines après l’avoir ignorée en début de campagne.

Jagmeet Singh y a même mis les pieds pour la première fois depuis qu’il est devenu chef du NPD, en 2017.

La région de Fredericton a été la plus visitée.

Mais la présence des chefs n’a pas projeté les enjeux locaux à l’avant-plan. Bien au contraire. Si le dossier de la fermeture de la seule clinique privée de la province a fait couler beaucoup d’encre, ceux de l’assurance-emploi, du développement économique, du défi démographique et du vieillissement de la population n’ont pratiquement pas été abordés.