Avengers – La guerre de l’infini: enfin un peu d’audace!

Patrice CôtéEt cetera

Écrire qu’Avengers: la guerre de l’infini est un film immense serait un euphémisme. Une vingtaine de héros, un budget estimé à un demi-milliard et 150 minutes débordantes d’effets spéciaux compliqués… Pas de doute, la machine Disney/Marvel roule à plein régime.

Avengers: La guerre de l’infini (en salle depuis jeudi) est le 19e film de l’univers cinématographique Marvel – un vaste écosystème qui a vu le jour en 2008 avec Iron Man.

La colossale oeuvre des frères Anthony et Joe Russo marque l’atteinte du paroxysme dudit univers, car, pour la première fois, TOUS les superhéros (des Avengers aux Gardiens de la Galaxie en passant par Spider-Man, Doctor Strange et Black Panther) sont réunis à l’écran.

Et comme si le film n’était pas suffisamment titanesque, sachez qu’il s’agit seulement de la première partie d’une aventure qui se poursuivra dans un an, presque jour pour jour.

Les deux portions de cette orgie d’effets spéciaux ont déjà été tournées, au coût estimé à 1 milliard $ – dont, dit-on, 200 millions $ ont servi uniquement à payer le salaire de Robert Downey Jr, alias Iron Man.

Vous comprendrez qu’il s’agit du projet le plus ambitieux de l’histoire du cinéma. Et de loin.

Ambitieux ne veut toutefois pas dire risqué. Selon les spécialistes de Wall Street, les bailleurs de fonds des deux films devraient au minimum empocher 2$ pour chaque dollar qu’ils ont investi dans l’aventure…

Thanos le destructeur

Une nouvelle menace plane sur l’univers. Un extraterrestre du nom de Thanos s’est mis dans la tête de détruire un être vivant sur deux afin de permettre aux survivants de prospérer dans un monde meilleur.

Pour ce faire, le mutant à la peau mauve a besoin de mettre la main sur six objets fantastiques appelés les pierres de l’infini. Une fois qu’il sera en possession de ces six joyaux, plus rien ne pourra l’arrêter.

Les plans de Thanos viennent rapidement aux oreilles des Avengers, des Gardiens de la Galaxie et de tous leurs super amis. Des alliances improbables sont créées (Thor unis par exemple ses forces à Rocket Racoon et Groot) avec comme seul objectif d’empêcher Thanos de mettre la main sur les pierres.

Pourront-ils arrêter un conquérant dont la puissance gagne en intensité avec chaque pierre qu’il recueille…

Gigantesque courtepointe

Malgré quelques longueurs, La guerre de l’infini est un très bon divertissement. Mais c’est aussi et surtout un formidable prétexte pour rassembler à l’écran les héros les plus populaires de Marvel dans une explosion de pixels.

Vous conviendrez avec moi que personne n’ira voir cette troisième aventure des Avengers en espérant découvrir un scénario digne d’un Oscar… Les gens se déplacent pour voir Iron Man combattre aux côtés de Spider-Man. Point.

On ne se surprend donc pas que le récit soit bourré de coïncidences heureuses et d’incongruités.

Mais malgré quelques mailles un peu faibles, l’immense courtepointe tient le coup. Les scénaristes sont en effet parvenus à efficacement incorporer la vingtaine de personnages au sein du récit.

Chacun trouve sa place et a un rôle important à jouer dans le déroulement de l’histoire -, même si certains personnages sont cruellement sous-utilisés (dont Captain America, malheureusement).

Spectacle magnifique

Si l’histoire est par moments tirée par les cheveux, le département des effets spéciaux a plus que livré la marchandise.

Les décors sont nombreux et magnifiques, les textures frôlent la perfection et j’ai noté quelques utilisations intéressantes de la troisième dimension (enfin!).

Le plus bel accomplissement des petits génies de l’informatique est toutefois d’avoir pu créer un méchant qui, malgré son apparence extra-terrestre, dégage une certaine humanité.

Le visage de Josh Brolin a été greffé sur le corps de Thanos. Et grâce aux nouvelles technologies, les traits et les expressions du comédien sont parfaitement retransmis – un peu comme Andy Serkis dans la trilogie La Planète des singes.

Marvel nous offre donc ce que DC n’est pas encore parvenu à faire: un méchant crédible et dont l’humanité s’affiche autant dans le visage que dans les actions.

Quelques surprises

Reste que ce que j’ai aimé le plus dans La guerre de l’infini, c’est que le film nous réserve quelques surprises.

Marvel nous a habitués à un conservatisme presque nauséeux depuis dix ans. Chaque élément de chaque film semble avoir été soumis à de multiples groupes de discussion afin de s’assurer qu’il plaira au plus grand nombre.

Marvel semble même avoir développé une formule mathématique qui permet de doter de chaque film de la dose exacte d’humour et de drame. Et, évidemment, chaque spectateur devait quitter le cinéma avec le coeur léger, heureux d’avoir vu ses favoris triompher.

Cette façon de faire à donner lieu à quelques très bons films, certes, mais des films qui manquaient de piquant – et même d’âme, dans certains cas.

Marvel agissait un peu comme ce pilote de course qui opte pour la prudence et la deuxième place plutôt que de tenter une manoeuvre risquée qui pourrait lui valoir la victoire.

La meilleure illustration de cette nouvelle et bienvenue audace est la conclusion de La guerre de l’infini. Une fin surprenante et provocante (mais surtout très nébuleuse), qui vaut presque à elle seule le coût du billet.

FICHE TECHNIQUE: AVENGERS: LA GUERRE DE L’INFINI

  • Version originale: Avengers: Infinity War
  • Genre: fantastique/action
  • Budget: non dévoilé, mais estimé à au moins 400 millions $
  • Durée: 149 minutes
  • Une production des studios: Marvel
  • Réalisateur: Anthony et Joe Russo
  • Scénario: Christopher Markus et Stephen McFeely
  • Avec: Robert Downey Jr, Chris Hemsworth et Chris Evans
  • Partage l’ADN de: The Avengers (2012), Avengers: Age of Ultron (2015) et Captain America: Civil War (2016)
  • On aime: la bataille finale et la surprenante conclusion
  • On aime moins: les longueurs et le scénario parfois illogique
  • ÉVALUATION (sur 5)
    • Scénario:   3
    • Qualités visuelles:      5
    • Jeu des comédiens:      4
    • Originalité:    4
    • Divertissement: 4
    • Total: 20 sur 25