L’astronaute québécois David Saint-Jacques surveille le Père Noël pour les enfants de son ancienne école primaire, mais il ne l’a pas encore vu.

Il a promis, mardi matin, à 125 élèves de première et deuxième année, qu’il allait essayer de le voir avec ses bonnes jumelles, même si le pôle Nord se trouve au bord de l’horizon de la Station spatiale internationale.

Ces élèves de l’école des Saints-Anges, à Saint-Lambert en Montérégie, s’étaient rendus au siège de l’Agence spatiale canadienne, à Longueuil, pour écouter l’astronaute leur raconter l’histoire de jeunes explorateurs spatiaux partis retrouver leur chien, perdu dans l’espace à bord d’une fusée.

Les tout-petits, en pyjama comme il se doit pour l’heure du conte, ont écouté attentivement l’histoire du « Club des explorateurs », un livre numérique lancé à cette occasion, avant de poser quelques questions.

David Saint-Jacques n’a pas raté l’occasion pour faire le pitre en apesanteur, au grand plaisir des enfants, se déplaçant vers le haut lorsqu’une fusée de son histoire décollait, faisant tournoyer son micro et expulsant quelques gouttes d’un contenant pour montrer comment l’eau flottait en boules dans un espace dépourvu de gravité, lorsque le petit Mateo lui a demandé comment l’équipage se lavait.

C’est lorsque la petite Élise lui a demandé s’il pouvait voir le Père Noël de la Station spatiale qu’il a promis d’essayer, expliquant du même coup que ses collègues et lui-même avaient amené de la nourriture spéciale pour fêter Noël et partager entre eux les traditions culinaires de leurs pays respectifs.

Certaines questions illustraient toutefois des préoccupations bien réelles dans la bouche des enfants. À Laureline, qui lui demandait s’ils pouvaient voir les zones plus polluées de la Terre, il a répondu que, de l’espace, ils voyaient en effet les nuages gris au-dessus des villes, ainsi que les effets du réchauffement climatique en observant la diminution de la taille des glaciers dans les montagnes.

Bien que l’histoire du « Club des explorateurs » met en vedette quatre enfants et un chien, l’astronaute y est lui-même en vedette et il livre un message d’audace: « Ayez un rêve, voyez grand et vous pourriez décrocher la lune! »