Un homme à l’apparence banale peut-il être en couple avec une belle et puissante politicienne? C’est la question que pose Long Shot (en salle depuis vendredi), la nouvelle comédie romantique du réalisateur Jonathan Levine.

Considéré comme un des meilleurs jeunes réalisateurs à Hollywood après l’excellent 50/50 (avec Joseph Gordon-Levitt et Anna Kendrick) en 2011, l’étoile de Levine a quelque peu pâli par la suite, principalement en raison de l’échec qu’a été Warm Bodies (2013).

Levine a profité de la popularité de l’humoriste la plus adulée aux États-Unis, Amy Schumer, pour revenir dans la conscience collective en 2017 grâce à Snatched.

Dans Long Shot, il joue réellement dans la cour des grands alors qu’il dirige deux comédiens à la feuille de route bien remplie: Charlize Theron et Seth Rogen (qui agissent de plus à titre de producteurs). Il met également en scène un scénario corédigé par Liz Hannah (nominée pour un Golden Globe l’an passé pour l’excellent et percutant The Post).

Avec Long Shot, Levine nous offre une comédie romantique un brin satirique qui se moque allégrement du système politique américain, des médias et, aussi et surtout, de cette propension qu’on les électeurs à juger des capacités des candidats en fonction de leur apparence.
Cela donne une oeuvre un peu convenue, qui pige – heureusement, avec modération – dans le sac de clichés du genre.

Le film, tourné à Montréal, ne manque toutefois pas de coeur et il a le mérite de nous faire réfléchir davantage que la comédie romantique moyenne.

La belle et la bête

Charlotte Field (Theron) est l’élégante Secrétaire d’État des États-Unis. Quand son patron, le président Chambers, lui annonce qu’il ne sera pas candidat à la prochaine élection, Charlotte y voit l’occasion de devenir la première femme élue à la tête du pays.

Afin de donner un élan positif à sa future campagne, l’idéaliste et travaillante Charlotte souhaitent mettre la touche finale à un important traité environnemental qui serait signé par une centaine de pays.

C’est dans ce cadre qu’elle rencontre par hasard Fred (Rogen), un journaliste au chômage avec qui elle a grandi, mais qu’elle a perdu de vue depuis une vingtaine d’années.

Charlotte embauche donc Fred afin qu’il ajoute un peu d’humour dans ses discours – les sondages montrant que la politicienne est perçue comme un peu drabe.

Petit à petit, Charlotte et Fred se découvrent des atomes crochus. Et Cupidon finit par frapper.

Or, alors que Charlotte est l’élégance incarnée, Fred présente un physique plutôt commun. L’entourage de l’aspirante présidente voit donc dans l’union des deux tourtereaux un immense obstacle à l’élection de Mme Fields.

Que choisira donc Charlotte: l’amour ou sa carrière?

Un duo mal assorti

Alors que Charlize Theron a rarement fait dans l’humour, Seth Rogen, lui, est reconnu pour sa propension à la vulgarité.

Certes intrigant, ce mélange peu commun fonctionne puisque la première incarne un personnage pincé alors que Rogen interprète son éternel gars peu futé qui fait une fixation sur les drogues douces.

Comme c’est toujours le cas quand deux personnes mal assorties tombent amoureuses, les traits de caractère de l’un finissent par déteindre sur l’autre, et vice-versa.

C’est principalement sur ces situations que reposent l’humour de Long Shot, alors qu’on a droit à des moments loufoques où Fred est à l’aise comme une girafe dans l’eau lors d’une soirée mondaine ou quand, sous l’effet d’un euphorisant, Charlotte sort danser dans une boîte de nuit (et dénoue une crise internationale!).

Humour grinçant

Long Shot emprunte donc à des comédies classiques comme There’s Something About Mary (1998) et Shallow Hall (2001), mais elle se démarque par son humour grinçant sur les travers de la politique occidentale.

En lançant plusieurs pointes qui ne manquent pas de mordant (dont certaines à un premier ministre canadien qui n’est pas sans rappeler Justin Trudeau!), l’oeuvre s’élève au-dessus de la mêlée.

Tout ça reste superficiel et, avouons-le, un peu dans l’ombre de l’histoire d’amour entre Fred et Charlotte.

Il en demeure que Long Shot nous incite une réflexion sur la façon dont nous jugeons et choisissons nos politiciens.

Pourquoi votons-nous pour un candidat qui est plus beau que son adversaire, même si ce dernier est plus qualifié? Pourquoi préférons-nous celui qui est plus à l’aise en public plutôt que l’introverti pourtant beaucoup plus travaillant?

Si la meilleure façon de faire réfléchir les électeurs à ces importantes questions est de les mettre en filigrane d’une comédie romantique hollywoodienne, qu’il en soit ainsi.

Un citoyen éduqué ayant énormément de valeur en démocratie, l’origine de son introspection importe peu.

FICHE TECHNIQUE: LONG SHOT

En bref: Une élégante politicienne tombe sous le charme d’un homme au physique commun, ce qui met en danger ses chances d’être réélue.

Appréciation: Même si elle reprend plusieurs clichés du genre, cette comédien romantique se démarque par son humour grinçant et engagé.

Version française: Un bon coup
Genre: comédie romantique

Réalisateurs: Jonathan Levine
Scénario: Dan Sterling et Liz Hannah
Avec: Charlize Theron et Seth Rogen
Budget: non dévoilé
Durée: 125 minutes
Une production des studios: Denver & Delilah Productions

ÉVALUATION (sur 5)

Scénario: 3
Qualités visuelles: 4
Jeu des comédiens: 4
Originalité: 3
Divertissement: 3

Total: 17 sur 25

Charlize Theron en 12 films

Atomic Blonde (2018)
The Fate of the Furious (2017)
Mad Max: Fury Road (2016)
Young Adult (2012)
Snow White and the Huntsman (2012)
The Buring Plain (2010)
Hancock (2008)
North Country (2006)
Monster (2004)
The Italian Job (2003)
Sweet November (2001)
The Devil’s Advocate (1997)