J’ai vu pour vous

Dead to Me (Netflix) – Mon coup de coeur du mois. Cette comédie de dix épisodes nous fait passer par toute la gamme des émotions. On y suit le parcours de Jen (Christina Appelgate) et de Judy (Linda Cardellini), deux femmes éprouvées qui font connaissance dans un groupe d’aide au deuil. Je ne vous en dis pas plus, de peur de gâcher les extraordinaires surprises – le premier épisode est particulièrement réussi à cet égard. Il est difficile d’imaginer qu’une série à laquelle Will Ferrell (un comédien qui fait dans l’humour vulgaire et simpliste) est associé puisse dégager autant de sensibilité. L’humour est grinçant et, à la limite, noir. Son raffinement n’a d’égal que son efficacité. Applegate – que je verrais très bien en nomination pour un Golden Globe – brille par sa répartie alors que Cardellini se distingue par son attachante naïveté. Même si elle est bâtie sur un fragile château de cartes, l’amitié entre ses deux femmes imparfaites est extrêmement touchante. (4,5/5)

Catch-22 (Hulu) – «Finesse» est probablement le mot qui décrit le mieux cette comédie produite par George Clooney qui se déroule sur une base de l’armée américaine située en Italie dans le cadre de la Deuxième Guerre mondiale. C’est l’histoire de Yo-Yo (Christopher Abbott), un bombardier qui tente par tous les moyens de ne pas aller au front. Sauf que ses fourberies finissent toujours par avoir des conséquences néfastes sur ses compagnons d’armes… On rit rarement aux éclats, mais on sourit très souvent en découvrant les coulisses de la guerre par le biais d’un peloton composé de personnages colorés. Kyle Chandler est génial dans le rôle d’un colonel alors que le nouveau venu Daniel David Stewart incarne avec un brio exceptionnel un soldat qui profite de la guerre pour s’enrichir. Avec ses personnages attachants, son intrigue qui frôle le surréel et sa conclusion cruellement ironique, cette minisérie de six épisodes est un incontournable. (4,5/5)

Quicksand (Netflix) – Plusieurs films (Elephant, Polytechnique, 22 July) et séries télévisées (District 31) très réussis portent sur des tueries dans des écoles. La série suédoiseQuicksand s’ajoute à la liste. On y découvre l’histoire de Maja (la très brillante Hanna Ardéhn, qui a du Jennifer Lawrence dans le nez), une adolescente exemplaire qui, à la suite de mauvaises fréquentations, est accusée d’avoir tiré à bout portant sur quatre de ses camarades de classe. Or, en raison du choc post-traumatique, Maja a peu de souvenirs des événements. Et les rares témoignages ne s’accordent pas sur la responsabilité de la jeune femme. S’en suivent donc une longue enquête et un procès hautement médiatisé au cours desquelles Maja est détenue en isolation. Cette brillante émission (ma préférée sur Netflix depuis l’Allemande Dark, lancée en décembre 2017) ne s’attarde pas tant sur la tuerie, mais plutôt sur tout ce qui s’en suit et l’impact que cela a sur une Maja esseulée et coupée du monde. Plus la série avance et plus on comprend un peu mieux ce qui s’est passé le jour fatidique. On est tenus en haleine jusqu’à la dernière minute, quand la vérité – percutante – nous est révélée. (4/5)

Bonding (Netflix) – Cette très courte série (sept épisodes d’une quinzaine de minutes chacun) peut être considérée comme la version adulte de Sex Education. Rassurez-vous, on reste dans le bon goût, mais les discussions et les sujets abordés sont assez épicés… On y fait la connaissance de Tiff (la très peu connue Zoe Levin), une étudiante en psychologie qui, la nuit venue, devient Maîtresse May, une dominatrice qui assouvit les désirs (parfois totalement déjantés) de sa clientèle masochiste. La série alterne entre légèreté et lourdeur, alors que Tiff et son ami gai, Pete (Brandan Scannell), font à l’occasion dans l’introspection. Tout cela manque toutefois de profondeur et, une fois le septième épisode terminé, on a l’impression que l’histoire ne faisait que commencer. Pour ceux qui ont l’esprit ouvert et qui recherchent quelque chose de simple et pas trop long. (2,5/5)

À surveiller ce mois-ci

5 juin
The Handmaid’s Tale – Saison 3 (Hulu)
Avec Game of Thrones, The Handmaid’s Tale est probablement la série la plus marquante des dernières années. Cette troisième saison devrait porter sur la montée de la résistance et les efforts de June pour sauver son enfant.

Black Mirror – Saison 5 (Netflix)
Une autre série importante de notre époque qui reprend l’affiche en juin. Cette cinquième saison de la série d’anthologie de science-fiction consistera en trois épisodes. Parmi les comédiens qui seront de la partie: Anthony Mackie, Miley Cyrus et Topher Grace.

7 juin
Tales of the City – (Netflix)
Cette minisérie est adaptée des récits fictifs qu’a publiés dans des journaux quotidiens de San Francisco l’écrivain Armistead Maupin sur la vie des gens de la cité californienne. Elle met en vedette deux excellentes comédiennes: Laura Linney et la Canadienne Ellen Page.

9 juin
Big Little Lies – Saison 2 (HBO)
La charmante bande de menteuses est de retour! À une distribution déjà éclatante (Nicole Kidman, Reese Witherspoon et Shailene Woodley, notamment) s’ajoute, pour cette deuxième saison, la grande Meryl Streep. Et encore une fois, les sordides coulisses de l’apparente parfaite petite ville qu’est Monterey, en Californie, seront exposées au grand jour. Jean-Marc Vallée a laissé sa chaise de réalisateur à Andrea Arnold.

14 juin
Murder Mystery (Netflix)
Si nous étions en 1997, ce film sortirait sur grand écran et se hisserait facilement en tête du box-office. Pourquoi? Parce qu’il met en vedette deux icônes des années 1990: Jennifer Aniston (Friends) et Adam Sandler (Happy Gilmore). Passage du temps oblige, les deux vedettes doivent se contenter de Netflix et le public ne doit pas se faire trop d’attentes face à cette comédie.

Absentia – Saison 2 (Amazon Prime)
La première saison de cette série qui met en vedette la Canadienne Stana Katic promettait énormément. Elle a toutefois laissé les critiques divisés. On en sait bien peu pour le moment sur les nouvelles aventures de l’agent spécial Emily Byrne (Katic).

17 juin
Das Boot (Hulu)
Si le nom vous dit quelque chose, vous ne rêvez pas. La série est le remake du film du même nom, considéré comme un des plus grands chefs d’oeuvre du cinéma allemand. La série (qui est disponible en Europe depuis novembre) tourne autour de deux axes narratifs: la résistance française de La Rochelle et l’équipage d’un sous-marin allemand lors de la Deuxième Guerre mondiale. Parmi les noms connus au sein de la distribution: Lizzy Caplan (Masters of Sex) et James d’Arcy (Dunkirk).

21 juin
Dark – Saison 2 (Netflix)
La série «non anglophone» la plus écoutée de l’histoire de Netflix fait un retour attendu cet été. Basée sur le voyage dans le passé et des arbres généalogiques complexes, la série allemande devrait cette fois nous transporter dans le futur, approfondir certains personnages et en voir d’autres mourir, selon le scénariste Fantje Friese. Une chose est certaine: un voyage dans la ville fictive de Winden n’est jamais reposant pour l’esprit!

Trois classiques à voir ou revoir

The Devil Wears Prada (2006) (1er juin, Hulu)
Une des meilleures comédies romantiques de ce millénaire, qui a valu une nomination aux Oscars à Meryl Streep. Mais on écoute surtout pour redécouvrir une jeune Emily Blunt.

The Silence of the Lambs (1991) (31 juin, Amazon Prime)
Les films d’horreur qui ont remporté cinq Oscars se comptent sur les doits d’un cinquième de main. Un classique dans lequel on assiste à la «naissance» de Hanibal Lecter.

La quintologie Rocky (1976 à 1990) (31 juin, Amazon Prime)
Rocky Balboa figure au palmarès des personnages les plus attachants du cinéma. Mais lequel de ses films est le meilleur? Amazon vous offre la chance de vous faire une tête sur la question.