«Les morts vivent encore dans le cœur des vivants.» (Proverbe égyptien)

Hélas, certaines fêtes et traditions d’Halloween sont annulées cette année. Ceux qui chérissent cette célébration – les friandises, les déguisements, les fêtes et la tournée des maisons – risquent d’être désenchantés. Mais ne vous faites pas de mauvais sang (tel le faux sang que vous verrez peut-être aujourd’hui), vous pouvez toujours tenter un nouveau rituel tiré de la fête «el Día de los muertos».

En réalité, l’Halloween est une fête d’origine anglo-saxonne qui est célébrée dans peu d’endroits dans le monde. Dans plusieurs pays, on célèbre plutôt la «fête des Morts» ou «Día de los muertos». Ayant déjà habité en Amérique du Sud, je sais que ce jour a beaucoup de valeur aux yeux des peuples qui le célèbrent et j’ai pu être initiée aux mœurs rassembleuses, profondes et joyeuses (oui, oui, joyeuses) de cette fête.

La Toussaint

D’abord, il y a la Toussaint: le titre de cette fête donne décidément moins la chair de poule que la «fête des Morts». C’est une fête d’origine chrétienne qui a pour but d’honorer tous les saints. J’avoue connaître peu de choses au sujet de la Toussaint, mais j’en fais mention, car la Toussaint (1er novembre) et la fête des Morts se chevauchent souvent.

La fête des Morts

Le 2 novembre, c’est la «fête des Morts» dans plusieurs pays européens, dont la France. El Día de los muertos est grandement célébré dans les pays hispanophones aussi. Bien que les rites varient d’un pays à l’autre, il s’agit d’un jour consacré à la commémoration des défunts. Les familles se réunissent pour honorer leurs proches défunts et nombreuses sont celles qui se recueillent devant leurs tombes. Voici quelques aspects sur cette fête que je juge particulièrement salutaires et apaisants:

Il s’agit souvent d’un jour à caractère festif. On célèbre la vie des êtres chers disparus en partageant des repas en famille tout en racontant des histoires d’eux.

On converse avec les morts. Le moment est propice à la réconciliation, à l’expression de la gratitude et aux paroles d’amour.

Les moments de silence, de prières, de souvenirs, de rires et de pleurs abondent. Tout cela favorise l’harmonie et contribue à achever un deuil.

Sa dimension commerciale est moins forte que celle d’Halloween. Malgré les achats de jolies fleurs pour les visites au cimetière, la consommation me semble raisonnable.

On observe un jour férié pour cette fête afin de prendre le temps de souligner ces doux moments en famille.

J’en profite pour remercier tous les citoyens innovateurs de nos communautés qui cherchent des solutions créatives lorsqu’une restriction liée à la pandémie se présente. Joyeuse Halloween! Feliz Día de los muertos!

Défi de la semaine

Organisez un repas de famille où, ensemble, vous vous remémorez les petits et grands moments de la vie d’un être aimé qui vous a quittés. Vous pouvez orner la table de chandelles et d’une photo de la personne en question. Déguisements et bonbons: optionnels. (Mes enfants sont tellement – mais tellement – en désaccord avec ce dernier ajout!)

web_spiritualite
Parmi les saints