Sikhs, hindous, etc.: étude sur l’immunité et la réticence aux vaccins des Sud-Asiatiques

Le gouvernement du Canada consacre 1,5 million $ à une nouvelle étude pancanadienne qui évaluera la réponse immunitaire au vaccin contre la COVID-19 dans la communauté sud-asiatique.

L’étude réalisée par l’entremise du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 (GTIC) et du Groupe de référence sur la surveillance des vaccins (GRSV) cherchera aussi à comprendre la réticence envers les vaccins dans cette population qui a été démesurément touchée par la COVID-19. Les communautés sud-asiatiques du Canada forment le groupe ethnique à la plus forte croissance au pays et font partie des populations les plus vulnérables à la COVID-19. En effet, ils sont de cinq à dix fois plus vulnérables à l’infection et de 1,5 à deux fois plus à risque d’en mourir que la population blanche du Canada.

L’étude sera réalisée auprès de 3000 Sud-Asiatiques des régions métropolitaines de Toronto et de Vancouver. Elle visera à établir si ces différences ethniques peuvent être expliquées par des facteurs socioculturels uniques. Scott Lear, professeur à la faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser, affirme que s’il est crucial d’accroître le taux de vaccination de tous les Canadiens, il faut s’attarder à la communauté sud-asiatique et prévoir des mesures de sensibilisation ciblées, surtout à la lumière des effets disproportionnés de la COVID-19 dans cette communauté.

Crédit photo: Une clinique de vaccination à Halifax/La Presse canadienne.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle