Une personne peut-elle s’affranchir de son passé et de sa culpabilité? C’est la question que le cinéaste Kenneth Lonergan pose en filigrane de l’ébranlant Manchester by the Sea.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’oeuvre (notamment finaliste au titre de meilleur drame lors des récentes Golden Globe) est fidèle à sa réputation.

Lonergan – dont il s’agit seulement du troisième long métrage – nous entraîne dans un inconfortable et dérangeant voyage.

Son film est extrêmement dur, sans toutefois être violent, porté de main de maître par un Casey Affleck en très grande forme.

La malheur

Manchester by the Sea raconte l’histoire de Lee Chandler (Affleck), un homme à tout faire d’un groupe d’immeubles à logements de Boston.

Lee est un bon travaillant, mais ses habiletés sociales sont pour ainsi dire nulles. Il est renfermé sur lui même, souvent impoli avec ses clients et aime bien se bagarrer dans les bars.

Un jour, il reçoit un appel. Son grand frère, Joe (Kyle Chandler), qui souffre d’insuffisance cardiaque depuis quelques années, vient de mourir.

Lee prend donc la route de sa ville natale, Manchester, où son frère vivait toujours.

Le périple est pénible et empreint de nombreux souvenirs, pour la plupart désagréables.

Une fois arrivé sur place, Lee doit annoncer à son neveu adolescent Patrick (Lucas Hedges) qu’il est maintenant orphelin – sa mère ayant quitté Joe sans laisser d’adresse quelques années plus tôt.

Lors de la lecture du testament de Joe, Lee découvre avec stupéfaction qu’il est maintenant le tuteur de Patrick.

Le passé de Lee le rattrape alors à vitesse grand V. Il ne se sent pas bien à Manchester, une ville qu’il a quittée de son plein gré afin de fuir un passé abyssalement sombre.

Or, Patrick n’a aucunement l’intention de déménager à Boston: ses amis, son équipe de hockey, son école et son groupe de musique sont à Manchester.

L’oncle et le neveu sont donc à la croisée des chemins. En plein deuil, Lee parviendra-t-il à apprivoiser son passé afin d’honorer les dernières volontés de son grand frère?

La culpabilité

au_grand_ecran_afficheL’oeuvre de Lonergan baigne dans une ambiance inconfortable, bâtie à l’aide de longs silences et de prises de vues contemplatives.

On se sent totalement englouti par la douleur et le mal-être de Lee.

Il est extrêmement difficile d’assister au calvaire d’un homme qui a tout perdu et à qui la vie offre une chance de rédemption par le biais du plus cruel des cadeaux.

À mi-chemin, j’étais convaincu que Manchester by the Sea était un film sur le malheur. Je ne voyais pas comment le destin pouvait s’acharner avec plus de hargne sur le pauvre Lee.

C’est toutefois dans la deuxième partie que les choses se précisent et que le thème de l’oeuvre nous apparaît plus clairement.

Quand le passé de Lee nous est révélé (dans une scène d’anthologie, rien de moins), le film de Lonergan se transforme en une oeuvre poignante sur la culpabilité et ses effets dévastateurs.

Le réalisateur (qui signe aussi le scénario) nous rappelle qu’il est extrêmement difficile de s’affranchir de son passé. Et que certains, malgré tous leurs efforts, n’y parviennent malheureusement pas.

Du grand Affleck

Casey Affleck n’est peut-être pas aussi connu que son célèbre frère Ben, mais il est tout aussi talentueux, si ce n’est pas plus.

Dans Manchester by the Sea, grâce à une performance absolument exceptionnelle – il n’y a pas d’autres mots pour la qualifier, promis-juré – Casey Affleck donne vie à un des hommes torturés les plus convaincants jamais vus à l’écran.

Ses rares scènes avec son ex Randi, interprétée par la grande Michelle Williams, sont à couper le souffle. Littéralement.

Affleck a récemment reçu le Golden Globe du meilleur comédien dans un drame pour son travail. Mon petit doigt me dit que la course n’a même pas dû être serrée tellement Affleck est éloquent.

Grâce au jeu d’Affleck et de Williams, ainsi qu’au scénario et au rythme imposé par Lonergan, Manchester by the Sea est un grand film.

Une oeuvre profondément humaine, à la fois magnifique et sombre, qui, paradoxalement, a le pouvoir de vous réconcilier avec la vie.

Fiche technique

MANCHESTER BY THE SEA

Version originale anglaise: Manchester by the Sea

Genre: Drame

Budget: 8,5 millions $

Durée:  137 minutes

Une production des studios: Big Indie Pictures et Pearl Street Films

Avec: Casey Affleck, Michelle Williams et Kyle Chandler

Réalisateurs: Kenneth Lonergan

Scénaristes: Kenneth Lonergan

Partage l’ADN de: Will Hunting (1997), Tu peux compter sur moi (2000)

On aime: la puissance de l’oeuvre et le jeu d’Affleck

On aime moins: les quelques longueurs

ÉVALUATION (sur 5)
Scénario:    5
Qualités visuelles:      4
Jeu des comédiens:      5
Originalité:    5
Divertissement:   4
Total: 23 sur 25

Le meilleur de Casey Affleck

1) Manchester by the Sea (2016)
2) L’Assassinat de Jesse James (2015)
3) Gone Baby Gone (2007)
4) Ocean’s Eleven (2001)
5) Will Hunting (1997)
6) Les Amants du Texas (2013)
7) Interstellaire (2014)